Confinement : les établissements du supérieur fermés "jusqu’à l’été"

Dahvia Ouadia
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Confinement : les établissements du supérieur fermés "jusqu’à l’été"
Le président de la République a annoncé la fermeture des établissements supérieurs jusqu'à l'été. // ©  Capture d'écran/BFM TV
Le confinement se poursuit jusqu’au 11 mai prochain a annoncé Emmanuel Macron le 13 avril. Pour autant les établissements d’enseignement supérieur ne rouvriront pas aux étudiants physiquement "jusqu’à l’été". Retour sur les annonces pour le supérieur et la recherche.

Le confinement est reconduit pour quatre semaines, jusqu’au 11 mai. Pour autant, les établissements d’enseignement supérieur resteront physiquement fermés jusqu’à la rentrée de septembre pour les étudiants a annoncé Emmanuel Macron, lors de son allocution du 13 avril. Il s'engage également à un investissement massif dans la recherche pour mettre fin à l'épidémie.

Les établissements du supérieur fermés "jusqu’à l’été"

"Pour les étudiants de l’enseignement supérieur, les cours ne reprendront pas physiquement jusqu’à l’été. Le gouvernement précisera pour chacun la bonne organisation qui sera nécessaire en particulier pour les examens et concours", annonce ainsi Emmanuel Macron lors de son allocution du 13 avril.

Confinement : l'évaluation des étudiants au cœur des enjeux des établissements

De nombreux établissements d’enseignement supérieur avaient déjà annoncé la fermeture de leurs locaux jusqu’à la rentrée prochaine. La plupart ont choisi d’organiser leurs cours en ligne via des plateformes numériques, de proposer des examens à distance ou tout simplement de reporter les examens à la rentrée. C’est notamment le cas de l’Université de Nantes.

Une aide aux étudiants précaires

Les populations les plus fragiles ne sont pas oubliées dans cette crise. "Les étudiants les plus précaires, vivant parfois loin de leur famille, en particulier lorsque celles-ci viennent d’Outre-mer, seront aussi aidés", annonce le président.

Le Conseil des ministres devrait décider dès ce mercredi de nouveaux moyens financiers à leur destination. Le gouvernement avait déjà annoncé le déblocage de 10 millions d’euros supplémentaires en faveur des étudiants en situation de précarité, pour renforcer le dispositif des aides spécifiques d’urgence, le 31 mars dernier.

Ces nouveaux moyens sont aussi une réponse aux associations étudiantes qui se positionnent clairement sur ces questions de précarité. La Fage demande par exemple la création d'une nouvelle aide en plus de l'aide spécifique d'urgence.

Un investissement massif dans la recherche

Emmanuel Macron évoque deux voies pour sortir de la crise sanitaire actuelle : les vaccins et les traitements. Sur le volet "vaccin", le président s’engage à investir "encore plus massivement dans la recherche". "Je porterai dans ces prochains jours une initiative avec nos partenaires en votre nom pour accélérer les travaux en cours", ajoute-t-il.

Coronavirus : les laboratoires de recherche universitaires se mobilisent

Sur le volet "traitement", ce sont plusieurs essais cliniques qui sont en cours et qui sont soutenus par le gouvernement. "J’ai tenu moi-même à comprendre chacune des options possibles et à m’assurer que tout était essayé dans les meilleurs délais et avec rigueur", précise Emmanuel Macron qui s’engage à ce qu’"aucune piste ne soit négligée".

Cet investissement s'inscrit dans un mouvement déjà engagé : un fonds d'urgence de 50 millions d'euros avait été annoncé à la mi-mars pour les recherches engagées contre l'épidémie. Le gouvernement prévoit aussi une augmentation de 5 milliards d'euros du budget annuel de la recherche publique à horizon dix ans. "À terme, ce seront donc 25 milliards d’euros supplémentaires qui seront investis dans la recherche publique", précise le ministère.

Les établissements du primaire et du secondaire ouvriront progressivement

À partir du 11 mai, le gouvernement prévoit la réouverture progressive des "crèches, écoles, collèges et lycées". Cette décision est "une priorité" pour le président, afin de réduire les inégalités que la situation sanitaire engendre aujourd’hui. "Trop d’enfants, notamment dans les campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents. C’est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes", estime-t-il.

Mais ce retour en classe se fera selon des règles particulières. "Nous devrons aménager différemment le temps et l’espace. Bien protéger nos enseignants et nos enfants avec le matériel nécessaire", précise Emmanuel Macron.


Dahvia Ouadia | Publié le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Zouareg.

Bonjour j’ai payé une école supérieure pour ma fille à 10000 € l’année pour qu’elle reste à la maison . L’école refuse de rembourser une partie merci la France

Ribera.

Pour la fpc qu en est il nous faisons partis de l'apprentissage de l'enseignement supérieur quelles sont les dispositions prévues pour nous... Nous accueillons tous les etes des étrangers du monde entier et cet été les frontières vont être fermées..

Frédéric BOULARD.

La notion d'"établissements d’enseignement supérieur" aurait mérité de la part de la rédaction d'EducPros des précisions que le monde des écoles supérieures attend. Par ailleurs, quid des activités des "établissements d’enseignement supérieur" qui ne sont pas de l'enseignement supérieur mais de l'apprentissage ou de la FPC ?