Newsletter

EdTech : Wooclap dynamise les cours et les rend plus attractifs

Emilie Kovacs
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Session interactive proposée par la startup Wooclap en janvier 2018 dans une université.
Session interactive proposée par la startup Wooclap en janvier 2018 dans une université. // ©  Wooclap
EN PARTENARIAT AVEC L'EM Lyon. Du 15 au 20 janvier 2019, EducPros dresse le portrait d’une des sept start-up incubées par l’accélérateur de l’école de management lyonnaise. Focus sur Wooclap, qui permet de dynamiser les cours et de les rendre plus compréhensibles.

C'est prouvé, l’attention de chacun chute de 80 % après 10 minutes d’écoute passive. Pour captiver leur auditoire, les enseignants sont en demande d’outils pour faire vivre à leurs étudiants des expériences stimulantes durant les cours.

La start-up Wooclap, fondée par Sébastien Lebbe, Olivier Verdin et Jonathan Alzetta en 2015, a ainsi développé une application mobile, capable de mesurer la compréhension et l’attention des élèves.

En se basant sur les données des neurosciences, l’interface permet de relier l’enseignant et ses étudiants afin de dynamiser les cours et d’améliorer leur compréhension. Quizz, QCM, questions ouvertes, nuages de mots… Les fonctionnalités disponibles sur la plate-forme, compatible avec la plupart des systèmes d’exploitation, permettent de varier les activités. Les étudiants ont, quant à eux, la possibilité d’interagir avec leur smartphone.

Un développement international

Actuellement, plus de 80.000 enseignants du monde entier, principalement d’universités et d’écoles de management, utilisent la plate-forme. En France, Polytechnique, l'université Paris-Dauphine, l’ENA, les Arts et Métiers ParisTech, l'université de Strasbourg ou encore l'EM Lyon se sont déjà abonnées à l'application.

Wooclap cherche à accélérer son développement en Europe et à recruter de nouveaux collaborateurs en 2019. Ses fondateurs ont également annoncer, jeudi 17 janvier 2019, avoir réalisé une seconde levée de fonds de 1,4 millions d'euros.


Emilie Kovacs | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires