Newsletter

Enseignement supérieur : ce qui change au 1er janvier 2018

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les "corolles" ou "coquilles", symboles de l'université de Reims Champagne-Ardenne
Depuis le 1er janvier 2018, la Comue Université de Champagne est dissoute. // ©  Delphine Dauvergne
Si les fusions et rapprochements d’établissements se poursuivent en ce début d’année, 2018 marque également l'arrêt de plusieurs Comue. Une tendance qui devrait se prolonger tout au long de l’année.

Naissance de Sorbonne université…

Exit l’UPMC et Paris-Sorbonne. Désormais, elles ne font plus qu’un. Sorbonne université est l’aboutissement d’un projet de rapprochement qui trouve son origine en 2015. À l'époque, lorsque les deux universités parisiennes s'engagent dans le processus, le mot "fusion" est encore tabou.

Mais quelques mois plus tard, en mars 2016, Jean Chambaz et Barthélémy Jobert sont respectivement réélus à la tête de l'UPMC et de Paris-Sorbonne. Ils avaient fondé leur second mandat sur ce projet.
Jean Chambaz prend la présidence de ce nouvel ensemble, après avoir été élu par le conseil d’administration de l’établissement le 11 décembre 2017.

Aller plus loin
L'UPMC et l'université Paris Sorbonne s'engagent sur la route de la fusion

… Disparition de Sorbonne Universités

La création de Sorbonne université signe la mort… de Sorbonne Universités. La Comue, qui abritait les deux établissements fusionnés, ainsi que l’UTC (université technologique de Compiègne), ou encore l’Insead (Institut européen d’administration des affaires), est dissoute, suite à un décret publié le 18 décembre 2017.

"La création d’une nouvelle université (…) a entraîné une reconfiguration du regroupement, lequel va évoluer vers une association", est-il précisé dans le texte réglementaire. Les anciens membres de la Comue poursuivant ainsi leur collaboration dans le cadre d’une association à Sorbonne université.

Dissolution de la Comue Université de Champagne

Autre regroupement à disparaître au 1er janvier 2018 : la Comue Université de Champagne. Cette dernière comprenait l’université de Reims, l’UTT (université technologique de Troyes), l’ESC Troyes, l’EPF, l’Esad (École supérieure d’arts et de design) de Reims, Arts et métiers et l’IRTS (institut régional du travail social) de Champagne-Ardenne. "Les biens, droits et obligations, ainsi que les activités de l'établissement Université de Champagne sont transférés à l'université de Reims et à l'université de technologie de Troyes", est-il indiqué dans le décret du 27 décembre 2017.

Est par ailleurs créée une association, rassemblant 13 établissements autour de l’Urca. Outre les ex membres de la Comue, ce nouvel ensemble compte, entre autres, Neoma, CentraleSupélec ou encore le Cnam.

Aller plus loin
Portrait d’université. Reims sort de sa coquille

Création de l’université de Lille

Le décret actant la création de l'université de Lille, issue de la fusion des trois universités de la métropole nordiste, avait été publié au "Journal officiel" du 11 septembre 2017. L’université lilloise concentre désormais près de 68.000 étudiants et 6.800 membres du personnel. Elle est dotée d’un budget annuel de 650 millions d’euros. C'est Jean-Christophe Camart, ancien président de Lille 1 et unique candidat, qui a été élu mi-décembre 2017 à sa présidence.

Aller plus loin
À Lille, les universités entrent en fusion


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

publi-info

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne