Formation des enseignants : ce qu’il faut retenir du rapport sur la refondation de l’école

Sandrine Chesnel
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le rapport sur la refondation de l'école a été rendu public vendredi 5 octobre 2012. Sur la formation des enseignants, les propositions restent très générales. 

Une centaine de réunion en région, 800 participants aux ateliers, 8000 contributions sur le web, 47 pages de constats et de propositions. Voilà en chiffre le bilan de la consultation menée tambour battant entre la 5 juillet et la fin-août par Nathalie Mons, Christian Forestier, François Bonneau et Marie-Françoise Colombani. Après avoir officiellement remis le fruit de ce travail, décrit comme un exemple de démocratie participative, au ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon, les 4 rapporteurs sont venus en présenter le contenu à la presse, vendredi 5 octobre, au CNAM (Conservatoire nationale des arts et métiers).

Des éléments de consensus

Comme attendu, les propositions émises concernent principalement l’école primaire et le collège, mais un certain nombre abordent aussi la question de la formation des enseignants. Sur ce thème, les rapporteurs ont relevé plusieurs éléments de consensus. Parmi eux, l’intégration dans les universités des futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), et le recrutement au niveau master – même si un pré-recrutement au niveau licence est envisagé pour aider les étudiants modestes qui souhaiteraient embrasser une carrière dans le professorat.

La formation reçue dans les ESPE devra être à la fois académique et professionnelle, et ce dès la licence, en s’appuyant sur le principe de l’alternance
, précise Nathalie Mons.

Aller au-delà des compétences disciplinaires

Autre proposition soumises au ministre : compter, parmi les équipes de formateurs des futures ESPE, aux côtés des universitaires, des praticiens en activité, professeurs, inspecteurs, chefs d’établissement…  Quant au concours de recrutement, il devra permettre - « où qu’il se situe »- de s’assurer qu’au-delà des compétences disciplinaires, les candidats ont bien la motivation nécessaire à l’exercice du métier.

Dans les propositions des quatre pilotes figurent enfin la nécessité de renforcer les liens entre la formation et la recherche, et celle de rendre obligatoire la formation continue pour tous les enseignants.

Reste à savoir ce qu'en retiendra le gouvernement. Le président de la République, François Hollande, doit donner ses grandes orientations mardi 9 octobre 2012, lors de la présentation officielle du rapport en Sorbonne.


Consulter span class="external-link-new-window"> le rapport de la concertation "Refondons l’école de la république"



Pas de réforme du bac en vue

Peu de propositions issues de ce rapport concernent précisément le lycée ou une éventuelle réforme du bac. « Ce n’est tout simplement pas un sujet qui est souvent revenu dans les contributions recensées » a expliqué Christian Forestier. Le rapport compte malgré tout quelques propositions qui, si elles sont appliquées, impacteront la vie des lycéens. La plus forte est celle qui concerne la durée des journées des élèves ; les rapporteurs recommandent que celle-ci ne dure pas plus de 6 heures.


Sandrine Chesnel | Publié le