Newsletter

Grand Emprunt : un bilan mitigé pour Montpellier

De notre correspondant à Montpellier, Guillaume Mollaret
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le Pres de Montpellier a été recalé à l’Idex. En revanche, les projets de Labex et d’Equipex portés en propre par ses établissements ont davantage tiré leur épingle du jeu. Analyse avant le deuxième tour de l’Idex.

Idex : recalé

Retoqué au premier tour de l’Idex, le projet porté par le Pres Montpellier-Sud de France risque également de ne pas être retenu au deuxième tour organisé en septembre 2011. C’est en tous cas le sentiment d’Anne Fraïsse , présidente de Montpellier 3 (Lettres) et par ailleurs vice-présidente de la conférence des présidents d’université (CPU).

« Plutôt que l’excellence, je dirai que les projets retenus vont dans le sens d’une concentration. Les Idex retenus privilégient les lieux conjuguant concentration de la recherche et de l’industrie. A Montpellier, il y a une forte densité de recherche publique mais nous sommes pénalisés par le tissu économique. Aussi, je ne suis pas surprise que notre projet n’ait pas été retenu. Si pour le deuxième tour, cette logique persiste, au détriment d’une répartition des Idex sur l’ensemble du territoire, franchement nos chances sont faibles. » Une position qui tranche avec l’optimisme affiché  de Montpellier 2 (sciences) quant à l’issue du second tour.

Labex : 7 sur 9

A Montpellier, 7 des 9 Labex présentés ont été retenus. Pour Anne Fraïsse, même si celui présenté par son université n’a pas été retenu, c’est un « très bon résultat. » « Les Labex sont portés par les équipes de recherche qui sont ici de très grande qualité. Je crois que le mode de sélection des Labex - moins lié au tissu économique que pour l'’Idex et plus à la recherche intrinsèque - a permis plus de variétés dans le choix des projets sélectionnés. »

Equipex : appréciations divergentes

Quatre projets Equipex impliquant des labos ou université montpelliéraine ont été retenus sur 18 déposés. Là, les points de vue divergent sur l’interprétation à en tirer. Le conseil régional par la voix de sa vice-présidente chargée de l’enseignement supérieur, Anne-Yvonne le Dain (DVG), a estimé que ce n’était « pas une bonne nouvelle. »

L’université Montpellier 2, en revanche, y voit un signe pour la suite : « D’une part, le ministère semble avoir privilégié les projets portés par des organismes de recherche aux projets portés par les universités. D’autre part, le choix des lauréats s’est majoritairement porté sur des petits projets. La majorité des Equipex déposés par Montpellier 2 faisaient appel à des dotations importantes. »

Labex et Equipex à Montpellier

Liste des Labex montpelliérains sélectionnés

Liste des Equipex de Montpellier

Suivez toute l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le compte Twitter d'Educpros et la page Facebook d'Educpros .


De notre correspondant à Montpellier, Guillaume Mollaret | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne