Newsletter

V. Sipahimalani : "Nous ne reviendrons pas en arrière sur la grève de la surveillance du bac"

Thibaut Cojean
Publié le
Envoyer cet article à un ami
V. Sipahimalani : "Nous ne reviendrons pas en arrière sur la grève de la surveillance du bac"
L'appel à boycotter la surveillance de la première journée du bac n'est "pas un appel isolé" selon Valérie Sipahimalani. // ©  ANDREW TESTA/The New York Times-REDUX-REA
Onze syndicats ont appelé à la grève de la surveillance lors de la première journée du bac. Au-delà des réticences envers la réforme du lycée et son incidence sur l'orientation des jeunes, ils demandent l'attention du ministère de l'Education Nationale. La secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, Valérie Sipahimalani, répond à Educpros.

Pourquoi maintenir l’appel à la grève de la surveillance du bac ?

 // © Photo fournie par le témoin

C’est un appel intersyndical qui concerne la majorité des syndicats. Ce n’est pas un appel isolé. Il résulte de l’attitude jusqu’au-boutiste du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Nous avons des demandes en termes de salaires et de réécriture de la réforme du baccalauréat.

Nous avons demandé une audience au ministère le 29 mai dernier. Mais, sans annonce du ministre qui ne nous répond pas, voire nous explique comment fonctionne l’Éducation nationale, nous ne reviendrons pas en arrière.

Que répondez-vous aux parents et aux élèves qui s’inquiètent ?

Nous leur disons de s’adresser au ministère ou à l’administration. C’est vrai que les élèves de terminale peuvent se demander pourquoi ils subiraient les effets secondaires d’une réforme qui ne les concerne pas, mais il s’agit d’un appel pour la solidarité, et la solidarité c’est aussi avec les futurs lycéens. D’ailleurs, si les examens sont perturbés, ce ne sera pas de notre responsabilité : si le ministre avait accepté un dialogue, nous n'en serions pas là.

Que reprochez-vous à la réforme du bac ?

C’est un acte très grave qui a été posé avec cette réforme, qui casse la valeur nationale des formations au lycée et du baccalauréat. Après la réforme, la plus grande partie du bac sera passée localement. Or, il y a actuellement des fortes inégalités entre les lycées, et nous ne voyons pas comment nous pourrions avoir un bac à valeur égale.

Avec cela et la mise en place du système de spécialités, ce sont les élèves des milieux défavorisés qui vont en pâtir, notamment ceux venant des banlieues.


Thibaut Cojean | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
chris07.

J'enseigne en lycée professionnel. La réforme est une catastrophe.... On nous annonce des formations, mais en même temps on reçoit des convocations pour aller surveiller.... Les enseignants n'ont aucune préparation face à cette rénovation.... Aucun temps pour préparer les nouveaux cours en co-animation, aucune formation sur les formations "associées", "assemblées", on leur demande d'accueillir en classe à la fois des candidats en formation initiale et d'autres en formation continue alors que les périodes passées en entreprises ne sont pas les mêmes.... On emmène nos jeunes au "casse pipe".... Je serai grèviste... et je sais pourquoi.... Je demande un peu de solidarité et donc à ne pas être remplacée pendant ces dites surveillances.... Au préfet de réquisitionner s'il le souhaite... et les retraités qui veulent prendre le relai : défendez votre retraite et mêlez vous de vos affaires.... Si vous voulez un peu de solidarité à votre tour.