Idex 2 : l'Université de Lyon plus que jamais sur les rangs

Muriel Florin
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sur le campus de Lyon Tech la Doua, le projet d’axe vert, dont la première tranche est achevée. © Dumetier Design
Sur le campus de Lyon Tech la Doua, le projet d’axe vert, dont la première tranche est achevée. © Dumetier Design
Recalée en 2012 au premier Idex, puis consolée avec un financement de 27 millions d'euros sur trois ans, l'Université de Lyon-Saint-Étienne dépose son dossier à l'Idex 2 le 22 décembre en ayant travaillé sur ses deux points faibles : la gouvernance et le lien avec le tissu économique.

Elle a encore grossi. Depuis cet été, l'Université de Lyon-Saint-Étienne (UdL) a accueilli 11 établissements partenaires et associés aux côtés des 12 établissements membres. Rassemblant 130.000 étudiants, 12.500 enseignants-chercheurs, le site se place de manière incontestable comme l'un des plus riches sur le plan des disciplines couvertes, des publications et des brevets. Ne serait-ce qu'en raison de cette surface, le poids lourd a du mal à envisager de ne pas être choisi parmi les premiers rôles pour la saison 2 de l'Idex.

Sur le capital de 3,1 milliards d'euros en jeu, Lyon espère 30 millions par an sur dix ans. Jean-François Pinton, président de l'ENS et chef du projet Idex, estime que l'effet levier sur les autres guichets publics et privés multiplierait la somme par trois. Mais avant, il faut emporter la conviction du jury, notamment sur deux points jugés trop faibles lors du premier Idex : d'une part, la gouvernance, d'autre part, le lien entre le monde de l'enseignement supérieur et le tissu économique.

Gouvernance : huit collèges vice-présidents et interdisciplinaires

En ce qui concerne la gouvernance, la stratégie consiste à établir des transversales. Ainsi, le conseil d'administration de la Comue s'est étoffé fin septembre de huit vice-présidents chargés de la stratégie internationale, l'innovation, la documentation, etc.

Autre décloisonnement : huit collèges interdisciplinaires se mettent en place depuis l'été. "Une innovation totale dans le paysage de l'Université de Lyon, affirmant la volonté des établissements à travailler ensemble et à construire un ensemble rayonnant fort et loin à l'international", assure Jean-François Pinton.

Les collèges doivent en principe assurer la cohérence des actions, notamment en matière d'axes de recherche, de recrutements ou d'offre de formation. Ces entités rassemblent des représentants de laboratoires ou départements travaillant dans le même domaine (par exemple arts et lettres, ou biologie et santé) mais appartenant à différents établissements. Ce ne sont pas des instances de décision mais des espaces de réflexion qui émettent des propositions et des avis 

Pour définir les programmes de recherche à soutenir, des vice-présidents à la recherche et à la formation ainsi que les représentants des organismes de recherche se réunissent régulièrement depuis un an. À l'heure actuelle, 13 thèmes de programmes sont discutés.

dES outils pour SE RAPPROCHER DU monde économique

Le lien avec le monde économique constitue l'autre point faible pointé lors de l'Idex 1. Ici, l'Université de Lyon n'a pas fait de grand pas en avant récemment, mais continue de vanter le bilan du Palse (Programme d'avenir Lyon-Saint-Étienne).

Plusieurs outils ont été produits : la boutique des sciences, l'agence Ulys pour l'accueil des chercheurs étrangers, la fabrique de l'innovation, l'espace Beelys pour accompagner les étudiants entrepreneurs, le dispositif Doctor'entreprise favorisant l'emploi des docteurs... Le Palse, doté de 27 millions d'euros, a enfin permis de soutenir le recrutement de "pointures". Six chercheurs de haut niveau ont quitté un établissement étranger pour Lyon entre 2013 et 2014.

De son côté, la Fondation pour l'Université de Lyon cite quelques formations construites en collaboration avec les pôles de compétitivité, tels que Plastipolis ou Imaginove (industries des contenus et usages numériques). Mais la levée de fonds reste modeste. Pour 2015, la Fondation espère 7 millions d'euros, dont 40% de fonds publics. Verdict du jury en 2016.

La gouvernance en détail
Les huit domaines des vice-présidents
- Stratégie académique
- Culture, sciences et sociétés
- Stratégie internationale
- Partenariats entreprises
- Innovation et entreprenariat
- Politique de documentation, éditions et vie étudiante
- Numérique et système d'information
- Programme avenir Lyon Saint-Étienne et Idex

Les huit collèges
- Arts, culture, design, architecture
- Lettres, langues, philosophie
- Histoire, géographie, sociologie, science politique
- Droit, économie et gestion
- Cognition, langage, sciences de l'apprendre
- Sciences formelles et de la nature
- Biologie et santé
- Ingénierie et technologie

Muriel Florin | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires