Le Sénat adopte le projet de loi sur la refondation de l'école

Emmanuel Vaillant
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Par 176 voix contre 171, le projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école a été adopté en première lecture par le Sénat dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 mai.

Outre la création de 60 000 postes sur le quinquennat, la relance de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, la refonte des programmes et des cycles par un nouveau "Conseil supérieur des programmes" ou encore la fin de l'apprentissage junior, une des mesures phares du projet de loi pour la refondation est la création des Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE).

ESPE : des modifications à la marge

Les articles 49 à 54 relatifs à la création de ces ESPE ont été amendés sur proposition du gouvernement. Ils apportent quelques modifications sur les missions et surtout sur la composition des équipes pédagogiques des différents conseils de l'Espé. Il est notamment précisé que chaque conseil d'école, dont l'effectif ne peut dépasser trente membres, comprendra "au moins 30 % de personnalités extérieures" désignées en partie par le recteur d'académie "dont au moins un représentant des collectivités territoriales". Par ailleurs, "au moins la moitié des représentants des enseignants sont des représentants des enseignants-chercheurs".

Dès la rentrée 2013, chaque académie aura son ESPE qui sera accueillie dans une université et qui organisera les formations de masters à vocation professionnelle "enseignement, éducation, formation" (MEEF). Ces ESPE visent à permettre aux étudiants se destinant aux carrières du professorat une entrée progressive dans le métier avec un rééquilibrage des enseignements disciplinaires et pédagogiques, davantage d'interventions de praticiens de terrain et plus de stages. Rendez vous en 2014 pour en voir les premiers effets.


Emmanuel Vaillant | Publié le