Les masseurs-kinésithérapeutes se dotent d’un référentiel métier


Publié le
Envoyer cet article à un ami


Les masseurs-kinésithérapeutes mettent de l’ordre dans leur profession. Comme les infirmiers et les sages-femmes avant eux, les kinés ont à présent leur référentiel métier et compétences . Le document, présenté publiquement le 9 juin 2011,  a été réalisé en 6 mois par le Conseil national de l’Ordre et Guy Le Boterf, un expert international. « Cela manquait énormément à la profession. Jusqu’ici, on parlait de connaissances et de savoir-faire, sans se soucier s’ils étaient bien utilisés. Aujourd’hui, on parle de compétences. Que met en oeuvre le masseur-kinésithérapeute pour réaliser des actes de qualité ? », explique Jacques Vaillant, vice-président du Conseil national de l’Ordre.

Une référence pour les étudiants et les professionnels

Ce document de référence part des situations types d’exercice du kiné, mentionne ce qu’on attend de lui dans ces situations, les critères de réalisation souhaitables, aborde la question des lieux d’exercice, conclut par les savoirs et savoir-faire généraux et spécifiques mobilisés. Il servira en premier lieu aux instituts de formation et aux étudiants, mais aussi aux 67 000 masseurs-kinésithérapeutes de France pour leur auto-évaluation et leur formation continue. En outre, il permettra au métier de se positionner par rapport aux autres professions de santé, comme les ostéopathes.

La réforme des études victime d’un blocage politique ?

La publication de ce référentiel remet à l’ordre du jour la réforme des études de masseur-kinésithérapeute, aujourd’hui en stand by, dans l’attente d’un arbitrage de Nora Berra, la secrétaire d’État chargée de la Santé. « Le ministère avait lui-même entrepris la création d’un référentiel il y a 3 ans avant de tout arrêter en décembre 2010. Il s’est rendu compte que cela conduirait à la prolongation des études de 2 ans. Le Conseil national de l’Ordre a alors pris les choses en main en faisant appel à un expert neutre », raconte Jacques Vaillant. Aujourd’hui, il faut 3 ans après le bac pour être kiné. La profession préconise au moins 4 ans d’études sur le cœur du métier (sans compter la 1re année d’études de santé), selon le modèle international.       






| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires