Newsletter

Les trésors cachés des universités : la cité U sur l'île de Bréhat

Alix Bottée de Toulmon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Cité universitaire Paris - maison Bréhat
Cité universitaire Paris - maison Bréhat

Avec son microclimat, sa flore exceptionnelle, et l'absence de voitures… l'île de Bréhat en fait rêver plus d'un. C'est sur cette terre bretonne que la Cité internationale de Paris détient un bâtiment un peu particulier.

La Cité internationale universitaire de Paris ne propose pas seulement des logements étudiants dans la capitale. Sur l’île de Bréhat, dans les Côtes-d'Armor, elle possède en effet une vaste maison de granit, au bord de l’eau, qu’elle prête à ses employés, mais aussi à ses résidents étudiants.

Cette maison est entrée dans le patrimoine de la cité U par le poète Edmond Haraucourt. N’ayant pas de descendants et voulant participer à l’œuvre de la fondation, il fait don de cette propriété à la Cité universitaire. Celle-ci devient véritablement propriétaire de la maison en 1961 lorsque Mathilde Haraucourt, son épouse, décède.

Une île à l’abri du stress

Entièrement rénovée et meublée, la maison peut accueillir jusqu’à treize personnes. Olivera, étudiante en histoire de 26 ans, a eu l’opportunité d’y passer une semaine en compagnie de cinq de ses amies de la fac. "C’est super, sans la cité U, je ne serais sûrement jamais partie à Bréhat. La maison est très agréable, l’île est magnifique", raconte la jeune fille, qui a trouvé un bon moyen de déstresser. Sur place on a pu faire du yoga, du vélo, des balades, aller à la plage… Ça fait du bien de pouvoir changer de rythme et de s’évader du doctorat pendant un moment."

Une tradition bienfaitrice

Afin de respecter les vœux d’Edmond Haraucourt, la cité U accueille en priorité les étudiants. Ils peuvent y séjourner tout l’été à titre gracieux et, le reste de l’année, les employés peuvent la louer. "Je me débrouille pour qu’elle soit occupée tout le temps au maximum de sa capacité. Il serait dommage de ne pas en faire profiter les étudiants", confie Aicha Tizaoui, responsable de la gestion de la maison. Avis aux amateurs d’évasion et d’air marin.


Alix Bottée de Toulmon | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires