Pierre Dianteill et José Mulero (Cegid) : "Notre implication dans les formations de gestion relève quasiment du devoir"

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Premier éditeur de logiciels de gestion, le Cegid Education lance son club utilisateurs pour réunir établissements et professionnels autour de l'utilisation des progiciels dans le cadre de l'enseignement des nouvelles technologies. Pierre Dianteill, directeur marketing et international Cegid et José Mulero, responsable commercial du Cegid Education répondent aux questions d’Educpros.

Qu'est-ce que Cegid Education ?

Pierre Dianteill : Cegid, entreprise française née il y a 30 ans, est le premier éditeur français de solutions de gestion dans les domaines de la finance, des RH, et de secteurs tels que l'expertise comptable, le secteur public, l'industrie, etc. Nous employons 2.000 personnes.

Depuis sa création, et par une volonté du directeur général Patrick Bertrand, Cegid a une relation particulière avec le monde de l'éducation. Le constat de départ est que les étudiants ont tous à peu près un bon niveau en comptabilité et paie mais qu'en sortant de leur filière, ils sont incapables d'appliquer leurs connaissances au système d'informations d'une entreprise. 100.000 entreprises utilisent un logiciel Cegid, notre implication dans les formations de gestion relève donc quasiment du devoir.

Il y a un fort déficit entre les attentes des entreprises et la formation progicielle dans ces métiers. Pourtant, un étudiant formé dans cette filière a 100% de chances d'être recruté dès l'obtention de son diplôme.

Quelle est la nature de vos partenariats avec l'enseignement ?

Pierre Dianteill : En 2004, lorsque nous avons créé Cegid Education, nous sommes allés à la rencontre du ministère de l'Education et des écoles de management pour proposer notre soutien dans le domaine de l'enseignement notamment pour la co-création de parcours professionnalisants.

Par exemple, nous avons co-construit en 2005 un parcours "gestionnaire de paie" avec le Ciefa IGS (pôle alternance) et l'IGS, parrainé par des experts comptables demandeurs de collaborateurs déjà initiés aux progiciels de paie. D'autant qu'il s'agit de formations en apprentissage sur lesquelles ils ont vocation à accueillir des étudiants dans leurs cabinets. Nous avons dupliqué le parcours avec l'IAE de Lyon et l'IGR-IAE de Rennes. Aujourd'hui, nous avons des accords avec un millier d'établissements, et plus de 50.000 étudiants ont déjà suivi un programme qui implique Cegid Education.

José Mulero : D'ailleurs, nous tenons à agir dès l'élaboration de la maquette avec les enseignants, c'est pourquoi nous avons équipé 90% des BTS en gestion PME/PMI. Nous sommes consultés par les inspecteurs généraux en charge des refontes des référentiels des diplômes dans le cadre de leur évaluation des ressources pédagogiques à intégrer dans les diplômes, par exemple pour le BTS assistant gestion PME/PMI. L'étude d'un progiciel de gestion intégré y a été rendue obligatoire et l'Education nationale a validé les offres Cegid comme support d'enseignement.

Pourquoi créer un club utilisateurs Edu Club ?

Pierre Dianteill : Nous sommes dans la droite ligne de ce que nous faisons avec Cegid Education. Nous signons beaucoup d'accords avec les écoles, la difficulté pour nous étant d'obtenir un retour. L'idée du club est d'avoir un lieu pour se retrouver avec les écoles, les représentants du ministère et de professionnaliser nos relations.

Avec trois objectifs en tête : adapter la pédagogie aux programmes de gestion, améliorer l'offre en l'adaptant au monde de l'enseignement, et valoriser les compétences déjà mises en place par nos collaborateurs. Pour ce dernier objectif, nous prévoyons de mettre en place une certification de compétences Cegid pour les professeurs voire pour les étudiants comme nous le faisons déjà pour nos collaborateurs. Une trentaine d'établissements sont déjà prêts à s'investir dans ce club.


Morgane Taquet | Publié le