Newsletter

Prérentrée à l'université (2/3). Transition en douceur pour les littéraires de Lyon 3

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le site de la Manufacture des tabacs de l'université Lyon 3
Le site de la Manufacture des tabacs de l'université Lyon 3 // ©  Université Lyon 3 Jean-Moulin

À Lyon 3, les étudiants inscrits en L1 de lettres modernes débutent l'année par un stage de prérentrée qui vise à faciliter la transition entre le lycée et la fac en les initiant aux méthodes universitaires. Avec une attention particulière portée à l'utilisation des outils informatiques.

Mettre l'accent sur la spécificité des études supérieures tout en ménageant une transition en douceur avec la fac : voilà ce que s'attache à faire le département de lettres modernes de l'université Lyon 3 en organisant, depuis 2013, un stage de prérentrée obligatoire pour les nouveaux arrivants en première année de licence.

Concrètement, les étudiants assistent à quinze heures de cours concentrées sur deux semaines, en petits groupes de 25. "Ils retrouvent le côté classe qu'ils avaient au lycée, cela les rassure", observe Mathilde Bombart. Maître de conférences en lettres modernes et responsable des stages de prérentrée, elle s'emploie à montrer aux L1 "les points communs mais surtout les différences des études de lettres entre le secondaire et le supérieur".

Soucieuse de donner un aspect ludique au stage, l'enseignante propose d'abord de petits exercices pratiques : classer intuitivement des textes de manière chronologique, distinguer ce qui relève de la littérature et du message informatif… Une manière de faire réfléchir les étudiants à la discipline qu'ils ont choisie.

Suit une visite de la bibliothèque incluant une introduction aux outils de recherche documentaire, et une présentation de la programmation des principales salles de spectacles. "Nous voulons leur donner un aperçu de la vie culturelle qui va nourrir leur vie étudiante", explique Mathilde Bombart. L'occasion de souligner que la formation universitaire requiert un investissement personnel plus exigeant que le lycée.

L'informatique au service des lettres

L'objectif du stage est également de mettre l'accent sur l'utilité de l'informatique pour des études de lettres modernes. L'idée n'est pas nouvelle : dès 2008, Lyon 3 avait mis en place des stages pour faire revoir les bases du traitement de texte aux quelque 4.000 étudiants de L1 et leur faire découvrir les outils spécifiques à l'établissement, notamment l'ENT (environnement numérique de travail). Cependant, "les résultats n'étaient pas très enthousiasmants, relève Mathilde Bombart. Les étudiants étaient peu motivés : ils venaient à l'université pour suivre des études spécifiques or, là, on leur présentait du tout-venant".

Le stage a donc évolué de manière à mieux intégrer les outils informatiques dans la discipline telle qu'elle est conçue à l'université. Si les étudiants revoient les bases du traitement de texte, sont initiés à l'exploitation de bases de données en ligne et mis en garde contre le plagiat sur Internet, c'est pour mettre ces méthodes en pratique dans la réalisation d'un travail de réflexion sur un livre, un film ou une pièce de théâtre. La mise en page et la bibliographie étant prises en compte dans la notation. À la clé : la validation du C2i (certificat informatique et Internet) niveau 1 ainsi que de deux crédits ECTS, car le stage de prérentrée correspond à une UEC (unité d'enseignement complémentaire) intégrée dans la maquette.

Premiers effets observés : moins de décrochage

Pour évaluer l'impact de ce stage, le département a mesuré "le taux de décrochage au moment des examens du premier semestre, c'est-à-dire le nombre d'étudiants ayant plus de trois absences aux examens", explique Mathilde Bombart. Qui observe, satisfaite, que le chiffre qui était de 29,7% en 2012-2013 est "tombé à 14,8% en 2013-2014, année où le dispositif a été mis en place". Un signe, pour elle, que le stage remplit sa fonction première de motivation des étudiants qu'il s'agit d'accompagner dans leur entrée à l'université.


Sophie Blitman | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Dehier.

Amitiés