Newsletter

Sciences po et l'université de Nanterre mettent en avant l'étudiant Macron

Natacha Lefauconnier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
À 23 ans, Emmanuel Macron décroche son diplôme de Sciences po Paris.
À 23 ans, Emmanuel Macron décroche son diplôme de Sciences po Paris. // ©  Sciences Po (archives)
Après le résultat du second tour de l’élection présidentielle, dimanche 7 mai 2017, Sciences po a ressorti le dossier de l'étudiant Emmanuel Macron, tandis que le président de l’université Paris-Nanterre félicitait sur Twitter son ancien élève. Diplômé des deux établissements, le candidat élu a laissé l'image d'un étudiant brillant aimant dialoguer.

Quelques heures après l’élection d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, Sciences po Paris a mis en ligne un article retraçant le parcours de son ancien étudiant rue Saint-Guillaume, de 1998 à 2001. Un choix d’études supérieures présenté comme "une revanche", après trois années de classe prépa littéraire B/L au lycée Henri-IV, à Paris, et deux échecs au concours d’entrée de l’École normale supérieure.

Emmanuel Macron : un jeune homme qui "inspire confiance et sympathie", selon les enseignants de l'époque, qui se souviennent de son enthousiasme, aussi débordant que sa chevelure de l’époque. Ils décrivent un élément "brillant", "doté d’une pensée originale et construite" et d’une "grande maturité", qui "adorait poser des questions, dialoguer". Avec, tout de même, quelques défauts, comme "une tendance à être trop certain" ou des copies où il collectionne les "trop long" !

Emmanuel Macron effectue ses deux premières années en section "internationale", avant de bifurquer vers la section "service public". "Une troisième – et dernière – année qu’il effectuera en deux ans, pour pouvoir mener à bien en parallèle ses études de philosophie à l’université de Nanterre."

"Une satisfaction pour Nanterre"

Jean-François Balaudé, actuel président de l'université Paris-Nanterre, enseignait alors la philosophie. "Je n'ai pas de souvenir précis de cet étudiant, mais ses résultats montrent qu'il était brillant", commente-t-il pour EducPros. Emmanuel Macron décroche sa maîtrise en 2000, avec une mention très bien, et son DEA l'année suivante, avant d'intégrer l'ENA. "C'est une satisfaction pour Nanterre, d'autant qu'il n'a pas suivi une filière attendue comme droit ou économie. Son détour par la philosophie est intéressant", souligne Jean-François Balaudé, qui a félicité par tweet interposé son ancien étudiant. 

Une communication qui tombe à pic pour ces deux établissements de l'enseignement supérieur qui peuvent se targuer de former des présidents de la République.


Natacha Lefauconnier | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
yeti66.

j'ai rencontré l'été dernier un jeune homme qui voulait devenir pompier professionnel car l'ecole qu'il faisait était selon ces dires une usine a *******. devinez de quelle ecole il parlait ?

MARIE.

C'est très beau d'être pompier. Mais de grâce, il faut arrêter de dénigrer l'ENA cela devient un préjugé. J'ai moi-même fait une grande école l'ENM (école nationale de la magistrature) et je pense pouvoir vous dire qu'il n'est pas facile d'y entrer et que vous ne vous rendez pas compte de ce qu'est administrer un Etat et d'élaborer la loi. Salut, sans préjugé vous êtes sans doute très intelligent, mais vous ne vous rendez pas compte de ce que vous dites.

yeti66.

etant moi meme trop peu intelligent et beaucoup trop vieux pour frequenter ce genre d'ecole, je ne fait que reprendre les dires de ce jeune homme

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne