Newsletter

Recrutement : Areva mise sur l’alternance

De notre correspondant, Guillaume Mollaret
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Les formations postbac dans le secteur du nucléaire ne fournissent pas autant de diplômés que le marché peut en absorber . Les employeurs du secteur explorent donc d’autres voies pour recruter les jeunes dont ils ont besoin, en formant des non-spécialistes par le biais de l’alternance. C’est le cas d’Areva . Ainsi, depuis quatre ans, le numéro un mondial du nucléaire civil privilégie le recrutement de salariés qu’il a lui-même formés en contrat d’alternance.

L’an dernier, sur les 1.300 alternants recrutés par l’entreprise (soit 3,5 % des effectifs du groupe), 85 % avaient un niveau bac + 2, et 35 % un niveau bac + 5. Pour attirer les jeunes en alternance, Areva propose une rémunération qui se veut « attractive ». Ainsi, un alternant touche un salaire de 1.050 € mensuel net quand il étudie à un niveau bac + 3, 1.150  € à un niveau bac + 4 et 1.250 € à un niveau bac + 5. Dans l’entreprise, les alternants sont pris en charge par des tuteurs – au nombre de 1.000 – chargés de faciliter leur intégration au sein de l’entreprise. « Me sentir une salariée à part entière, c’est ce qui m’a plu », explique Marie Bordarier, 26 ans, étudiante en master à l’université Montpellier 1, et chargée de mission qualité sur le site nucléaire de Marcoule (Gard).

En moyenne, la formation (payée par Areva) dure deux ans. Il n’est pas certain pour autant qu’à l’issue de la formation l’étudiant soit embauché en CDI. « Un tiers des alternants dans la filière ingénierie sortent en CDI », explique-t-on à la direction des ressources humaines. « Il est difficile de donner des chiffres exacts, car les réalités sont différentes d’une business unit à l’autre, mais d’une manière générale, les filières techniques sont plus propices à l’embauche que les filières administratives », complète Franck Pouzarche, directeur des ressources humaines d’Areva Melox. En moyenne, un étudiant dont les frais kilométriques sont également pris en charge quand le lieu de formation est éloigné du lieu de travail coûte entre « 30.000 et 3.5000 € annuels » à Areva qui veut faire de l’alternance « une voie privilégiée de recrutement. » L’an dernier, lors d’un forum alternance organisé à Pierrelatte (Drôme), 259 candidats sur 1.000 présents ont décroché un contrat de ce type chez l’industriel, lequel a par ailleurs reversé en 2008, 8,9 millions d’euros de taxe d’apprentissage auprès de 679 écoles ou universités.


De notre correspondant, Guillaume Mollaret | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires