Newsletter

«Rendons à Lakanal... Réflexion sur la formation des maîtres», la chronique de Benoît Falaize

MF
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Dans le cadre de notre partenariat avec l’émission de Louise Tourret, span style="font-style: italic;">Rue des écoles, sur France Culture, EducPros vous propose chaque semaine le texte de la chronique de Benoît Falaize ou de Nathalie Mons. Cette semaine, Benoît Falaize (université de Cergy-Pontoise) s’intéresse à la figure de Joseph Lakanal, l'un des premiers artisans de la formation des maîtres.

"Dans ces temps où le ministre évoque la refondation de l'école, notamment encore hier dans son courrier paru au BO, à destination de l'ensemble des personnels de l'Éducation nationale (1), on cherche sans cesse les piliers, les fondations de notre maison commune. On tente toujours, par sens commun, d'en inscrire l'origine au temps de la IIIe République naissante, au temps des combats où la démocratie s'installait en même temps que les grands principes d'éducation de Jules Ferry, de Ferdinand Buisson et d'autres encore, inscrits dans le XIXe finissant. Au temps aussi du combat contre l'Église.

 On oublie parfois que l'histoire de l'école ne débute pas à Ferry, mais est le fruit d'une longue histoire, au Second Empire bien sûr, mais aussi depuis le ministre Guizot, après les Trois Glorieuses. Surtout, on n'a pas toujours nécessairement en tête que beaucoup de principes, de discours sur l'école de la nation se sont écrits en pleine période révolutionnaire.

Prenons la question de la formation des enseignants, thème éducatif et politique crucial pour les deux années à venir. On évoque sans cesse les écoles normales de la IIIe République en en faisant le lieu de naissance de l'école dont beaucoup gardent une nostalgie parfois authentique et sincère, parfois suspecte. C'est à leur sujet qu'il convient, du même coup, d'évoquer la figure de Joseph Lakanal, l'un des premiers artisans de la formation des maîtres, né en 1762 et décédé à 83 ans juste avant les révolutions de 1848, précisément afin de rappeler les origines de l'idée de la formation des maîtres. [...]"

Lire la suite de cette chronique dans les Débats d'EducPros


MF | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires