Newsletter

Université Sorbonne-Paris-Cité : la fusion continue de faire des remous

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris Diderot - Site des grands moulins © Hervé de Brus - service communication - université Paris Diderot
L'université Paris 7 (Paris-Diderot) doit se prononcer sur la feuille de route menant à sa fusion avec Paris 3 et Paris 5 au mois de janvier.
Alors que Paris 3, Paris 5 et Paris 7 devaient se prononcer, le 16 décembre 2016, sur la feuille de route prévoyant la création d'une université fusionnée en janvier 2019, le conseil d'administration de Paris 7 a dû être reporté en début d'année. Le réexamen du dossier de l'USPC à l'Idex devra attendre.

La fusion est loin d'être acquise à l'USPC (Université Sorbonne Paris Cité). Les conseils d'administration des universités Paris 3, Paris 5 et Paris 7 se sont réunis, vendredi 16 décembre 2016, pour voter pour ou contre la "feuille de route" portant le principe de la nouvelle université fusionnée.

Après l'arrêt de l'Idex USPC en avril 2016, les gouvernances des quatre universités membres du regroupement (Paris 3, 5, 7 et 13) s'étaient engagées cet été sur la voie de la fusion, avant d'en exclure Paris 13 à l'automne. Toutefois, les conseils d'administration n'avaient pas encore été consultés sur le document permettant de lancer le processus de fusion.

À Paris 3 et Paris 5, les conseils d'administration ont voté en faveur de la feuille de route (19 pour, 16 contre et 1 blanc à Paris 3 ; 23 pour, 10 contre à Paris 5). Paris 13, qui votait sur l'élaboration de la convention de partenariat avec les trois universités, a validé le projet à 15 voix pour et 15 contre. Mais la voix du président étant prépondérante, la délibération a été adoptée.

FORTE OPPOSITION à PARIS 7

C'est à Paris 7 que la situation semble la plus complexe. Un collectif regroupant des membres du personnel et des étudiants de l'établissement, opposé à la fusion, avait appelé à un rassemblement durant la tenue du conseil d'administration, finalement envahi par des étudiants. Ces derniers tenaient à rappeler que "la présidente a été élue sur un programme opposé à la fusion", précisant que "des référendums effectués dans 9 UFR ont montré l'opposition des enseignantes et des personnels, souvent à plus de 90 %". 

Le conseil d'administration a dû être reporté. Dans un mail adressé vendredi aux membres du personnel, la présidente, Christine Clerici, a indiqué que "pour des raisons de sécurité, la décision a été prise de ne pas ouvrir la séance." La présidente, qui regrette que les instances "aient été empêchées de s'exprimer et de débattre", en appelle à la tenue d'un nouveau conseil en janvier. Sans en préciser encore la date.

LA FUSION, UN PRÉALABLE AU RÉEXAMEN DU JURY

Intitulée "Principes et propositions pour la fondation d'une nouvelle université omnidisciplinaire", la "feuille de route", qui acte la fusion des trois universités, fait donc toujours débat. Ce document de 23 pages pose les bases de la fusion entre Paris 5, Paris 3 et Paris 7 pour la création d'une nouvelle université au 1er janvier 2019, ainsi que les grands principes d'association avec Paris 13.

Dans un courrier envoyé à l'administrateur provisoire de la Comue, François Houllier, le 12 décembre, le Commissaire général à l'investissement Louis Schweitzer, s'est exprimé sur cette feuille de route dont il a été destinataire. Évoquant l'étape "particulièrement importante du 16 décembre", il assure que la stratégie commune de création d'une nouvelle université doit se poursuivre et "engage les acteurs à préciser dans les meilleurs délais les modalités et les actions qui permettront le déploiement de cette ambition commune", afin d'être soumis "dès que possible au comité de pilotage Idex afin qu'il se prononce sur l'opportunité de saisir le jury".

Le message de Louis Schweitzer est clair : "l'expression d'une stratégie commune fondée sur la création d'une nouvelle université et le rassemblement autour d'une grande ambition scientifique et pédagogique" est "un préalable au réexamen de la candidature de l'USPC par le jury au label Idex". Il rappelle également qu'un avenant à la convention Idex prévoit un soutien financier de 8 millions d'euros sur une période de dix-huit mois pour les actions structurantes déjà engagées." Et de préciser que "le ministère de l'Éducation prévoit d'apporter un appui financier au titre de la création d'une nouvelle université."

DES MODALITÉS A PRÉCISER "AU PLUS TARD FIN FÉVRIER"

Sur la question du calendrier, Louis Schweitzer rappelle que le schéma de financement global de l'action Idex doit être bouclé en mars 2017. Il encourage donc les acteurs de l'USPC à transmettre leurs éléments "au plus tard fin février", date à laquelle les lauréats de la deuxième vague Idex/Isite du PIA 2 seront annoncés.

Un examen du nouveau projet de l'USPC pourrait ainsi avoir lieu courant 2018, au même moment que l'étude des dossiers de fin de période probatoire de Sorbonne Université, PSL et Paris-Saclay. Un calendrier qui reste pour l'instant hypothétique, tant que le conseil d'administration de Paris 7 ne se sera pas exprimé. Réponse courant janvier.


Morgane Taquet | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne