Newsletter

Kedge teste les connaissances de ses étudiants sur le développement durable

Pauline Capmas-Delarue
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Étudiants de Kedge
Étudiants de Kedge // ©  Kedge BS

Soucieux de former de jeunes actifs responsables, Kedge a élaboré, en partenariat avec les Nations unies, un QCM sur le développement durable. Un test accessible en ligne à partir de mars 2014.

Piloté par Kedge, The Sustainability Literacy Test est un projet mené en partenariat avec le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) et le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement). Il s’agit d’un questionnaire à choix multiples portant sur les grands enjeux sociaux et environnementaux et sur la responsabilité sociétale des organisations.

“Jusqu’à Rio+20, on parlait du droit à l’éducation mais pas de la responsabilité des personnes éduquées, souligne Jean-Christophe Carteron, directeur RSE de Kedge BS. Cette conférence a marqué un tournant pour l’enseignement supérieur sur ce point.”

Selon le responsable des projets internationaux de la commission développement durable de la CGE (Conférence des grandes écoles), “tous les établissements de l’enseignement supérieur devraient exiger de leurs diplômés de connaître les grands enjeux environnementaux et sociaux de notre époque”.

D'où l'idée de ce test qui ambitionne d'être un outil reconnu sur le plan international pour évaluer ces connaissances. Les questions font référence à des études et chiffres officiels et sont validées par de grandes instances internationales. Deux tiers d’entre elles sont communes à tous les pays, le tiers restant étant composé de questions locales.

“Une première version a déjà été testée à l’École des mines de Nantes, puis auprès des étudiants de Kedge, précise Jean-Christophe Carteron. Pour mieux évaluer la qualité de leur enseignement, certains établissements ont décidé de faire passer ce test à leurs étudiants lors de leur entrée, puis à la fin de leurs études.” Mis en ligne à partir de mars 2014, le test existe dans plusieurs langues et sa plate-forme est entièrement sécurisée.


Pauline Capmas-Delarue | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires