Eric Vernier (ISCID-CO) : "C’est notre rôle de répondre aux besoins des grandes entreprises de notre région"

Dimitri Schlichter
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le campus de Dunkerque de l'ISCID.
Le campus de Dunkerque de l'ISCID. // ©  ISCID
Maître de conférences en finance, Eric Vernier a pris la direction de l’école de commerce du littoral, l’ISCID-CO affiliée à l'ULCO, en 2021. Son ambition : développer la portée internationale de l’école multilingue et renforcer sa notoriété et sa contribution territoriale.

Vous enseigniez à l’ISCID-CO depuis 2018 avant d’en prendre la direction en 2021. Pourquoi ce choix ?

J’ai la chance d’avoir toujours eu un pied dans le monde universitaire et l’autre dans le secteur privé durant ma carrière. Et l’ISCID-CO correspond à cette vision : une école de proximité, ancrée sur son territoire, affiliée à l’Université du Littoral Côte d’Opale (l’ULCO), et qui forme les futurs cadres et cadres supérieurs de demain.

Ensuite, je suis originaire de la région Hauts-de-France et j’y suis attaché. C’est une région tournée vers le monde, avec les ports de Dunkerque et Boulogne, la Belgique et le Royaume-Uni tout proches. J’aime donc la spécificité de l'école. C’est d’ailleurs notre slogan : "Une école dans le monde". À la fois tournée vers l’international mais aussi ancrée dans "son" monde : sa région, son environnement, ses jeunes, son époque…

Quelles sont les spécificités de l'école ?

Première chose, nous sommes une école multilingue. L’une des seules en dehors des grandes métropoles. Deux tiers de nos étudiants viennent de l’étranger. Et nous tenons véritablement à préserver cette spécificité de public et de territoire.

Nous sommes ouverts à toutes les langues. Dès la rentrée prochaine, nous intégrons la langue des signes par exemple.

Et l'école reste ancrée sur son territoire avec un tiers d'étudiants du littoral et 5 à 10% d'étudiants qui viennent d'autres régions.

Comment le multilinguisme se traduit dans l’enseignement ?

Nous proposons trois langues vivantes : anglais, allemand, espagnol, mais aussi l’arabe, le chinois, le néerlandais… Et nous sommes ouverts à toutes les langues. Dès la rentrée prochaine, nous intégrons la langue des signes par exemple.

Par ailleurs, nous avons construit un réseau de partenaires solide avec plus de 150 établissements à l’étranger (écoles de commerce, universités) et nous cherchons toujours à nous développer (auprès des lycées notamment). Nous avons également des professeurs étrangers – pays d'Afrique, d'Europe et frontaliers notamment – qui interviennent sur nos campus.

Quelles sont les formations proposées à l’ISCID-CO ?

Avant de les détailler, il faut signaler que tous nos diplômes sont reconnus par l’État. L'école est affiliée à l’Université du Littoral Côte d’Opale. Nous proposons des bachelors en trois ans, adossés aux licences de l’ULCO, mais aussi des MBA.

Les deux premières années sont consacrées aux fondamentaux du management et du commerce. En troisième année, les étudiants se spécialisent dans l'une des trois filières : commerce et management à l’international ; marketing digital et communication ; et, nouveauté de la rentrée 2022, le bachelor finance d’entreprise, relations bancaires et comptabilité (qui sera proposé sur notre campus de Saint-Omer).

Et concernant les MBA ?

Comme nos bachelors, tous nos MBA sont adossés à des masters de l’ULCO en co-diplomation. À l’issue des deux années d’études, les diplômés sortent avec un niveau master (bac +5) validé.

ISCID-CO compte entre 100 et 150 partenariats avec des entreprises du territoire. Des TPE-PME jusqu’aux grands groupes.

Il existe à ce niveau six parcours possibles : commerce et management à l’international (dans la continuité du bachelor) ; communication et relations publiques à l’international ; management des achats internationaux ; marketing digital et e-business ; management des ressources humaines à l’international et, enfin, spécificité de notre territoire, le MBA management portuaire et multimodal, digitalisation et cybersécurité.

Avec Boulogne-sur-Mer à proximité, c’est logique…

Oui et Dunkerque aussi… C’était clairement une demande du territoire. C’est notre rôle de coller aux besoins des grandes entreprises de notre région, et le secteur maritime est capital sur le littoral (Boulogne-sur-Mer est le premier port de pêche de France, NDLR).

Tout récemment, nous avons renforcé notre partenariat avec le port de Dunkerque, au sujet de l’alternance notamment. Avec 30.000 salariés, c’est un acteur incontournable.

Mais nous avons évidemment d'autres entreprises partenaires dans d'autres secteurs. ISCID-CO compte entre 100 et 150 partenariats avec des entreprises du territoire. Des TPE-PME jusqu’aux grands groupes comme ARC France, l’industriel Cathelain, EDF etc.

Et côté collectivités ?

Nous travaillons étroitement avec l’antenne régionale du MEDEF, la Chambre de commerce et d’industrie du littoral ainsi que les Communautés de communes : la CAPSO (Saint-Omer) et la CUD (Dunkerque).

La Région participe aussi à des financements de projets de recherche universitaire. D'autre part, nous avons une dizaine de conventions avec des lycées de la région, pour mener des actions communes : journées d’immersion, visites des locaux, interventions d’étudiants auprès des lycéens, simulations d‘entretiens d’embauche…

Vous préparez aussi un projet immobilier important, de quoi s'agit-il ?

Le prochain campus à Boulogne-sur-Mer ! Il nous permettra d’ouvrir de nouveaux diplômes dans le tourisme, avec une orientation durable et solidaire (un secteur en plein développement sur le littoral).

Et nous passerons de 550 étudiants – 450 à Dunkerque et 100 à Saint-Omer – à 800 au total. On s’agrandit mais toujours en restant à taille humaine.


Dimitri Schlichter | Publié le