Newsletter

Coopération universitaire mondiale : une nouvelle forme de colonisation ?


Publié le
Envoyer cet article à un ami
On attend des universités africaines qu'elles soient compétentes au niveau local et qu'elles s'internationalisent et participent à la compétition mondiale et acharnée de l'enseignement supérieur, estime Hanne Kirstine Adrianen.
On attend des universités africaines qu'elles soient compétentes au niveau local et qu'elles s'internationalisent et participent à la compétition mondiale et acharnée de l'enseignement supérieur, estime Hanne Kirstine Adrianen. // ©  Michaela Weingärtner/Plainpicture
Sur le site de "The Conversation France", Hanne Kirstine Adrianen, professeure associée à l'université d'Aarhus (Danemark), s'interroge sur le bien-fondé des coopérations scientifiques entre universités africaines et établissements de l'hémisphère nord. Comment favoriser l'émergence d'une recherche africaine qui ne soit pas "recolonisée" et éviter les "monocultures de l'esprit" ?

L'enseignement supérieur en Afrique est aussi vieux que les pyramides d'Égypte. Mais les établissements antiques du continent ont disparu depuis longtemps. L'éducation dispensée aujourd'hui – des programmes d'études à la structure des diplômes et aux langues d'enseignement – est ancrée dans le colonialisme. Partant de ce constat, nombreux sont ceux à s'être demandés si les universités africaines souffraient encore d'une forme de colonisation – de l'esprit cette fois.

L'histoire de Cheikh Mbow, spécialiste reconnu du changement climatique, est un exemple parlant. Le chercheur est né en 1969 au Sénégal, où il a fait ses études. En revenant sur ses premières années dans le supérieur, il s'est rappelé qu'il savait "tout à propos de la géographie et de la biologie de la France, mais rien sur celles du Sénégal."

Mbow se trouve aussi être mon ami, et avec l'un de ses collègues, nous avons écrit ensemble le chapitre d'un ouvrage sur la production du savoir scientifique en Afrique aujourd'hui. Ce texte est basé sur le vécu de Mbow – sur lequel je reviendrai plus tard.

Ces dernières années, on a commencé à prendre conscience des racines historiques de l'enseignement supérieur, et à réclamer une université décolonisée. Ce sujet alimente un débat plus large, celui sur le rôle des universités africaines modernes.

Bien trop souvent, ce sont les organisations, universités et chercheurs de l'hémisphère nord qui mènent la danse.

On s'accorde facilement sur le fait qu'elles doivent être compétentes au niveau local – en concentrant enseignement et recherche sur les besoins locaux. Or, on attend également d'elles qu'elles s'internationalisent et participent à la compétition mondiale et acharnée de l'enseignement supérieur. L'uniformisation est désormais le maître mot : les universités rivalisent pour figurer dans les classements internationaux, s'imitant les unes les autres.

La mondialisation contribue aussi au départ de chercheurs africains – comme Mbow – vers le Nord, en quête d'environnements de recherche dotés de meilleures ressources. Ces coopérations internationales peuvent être très bénéfiques. Mais bien trop souvent, ce sont les organisations, universités et chercheurs de l'hémisphère nord qui mènent la danse.

Comment les universités africaines gèrent-elles cet équilibre délicat entre intérêt local et internationalisation ? Comment peuvent-elles prendre part à la coopération internationale sans être "recolonisées" en se soumettant aux normes occidentales ? Comment éviter que les programmes collaboratifs ne deviennent de simples exercices de cases à cocher et qui ne profitent qu'aux chercheurs et organisations du Nord ?

La coopération internationale augmente

L'intérêt international pour l'enseignement supérieur africain s'est intensifié au cours des vingt dernières années. Au Nord, des organismes d'aide ont développé des politiques destinées à renforcer la capacité de recherche de l'Afrique. Les pays scandinaves figurent parmi les précurseurs de ce mouvement : le Danemark a lancé Building Stronger Universities, la Norvège et la Suède ont mis au point des programmes collaboratifs similaires.

Des initiatives comme celles-ci sont essentielles pour l'Afrique : le financement de la recherche y est très limité, les budgets nationaux pour l'enseignement supérieur y sont assez faibles (surtout en comparaison de ceux du Nord), et les universités favorisent souvent l'enseignement au détriment de la recherche – puisqu'il faut éduquer rapidement une population croissante.

Les institutions comptent donc largement sur les fonds extérieurs et dépendent du soutien des organismes de développement, qui mettent en place des "projets d'appui au renforcement des capacités". Ceux-ci mobilisent des chercheurs du Nord et du Sud à travers des activités communes relatives à l'enseignement et à la recherche, afin de fonder – idéalement – des partenariats basés sur le respect mutuel.

Ces initiatives sont essentielles pour l'Afrique : le financement de la recherche y est très limité, les budgets nationaux pour l'enseignement supérieur assez faibles, et les universités favorisent l'enseignement au détriment de la recherche.

De nombreux chercheurs des deux hémisphères s'investissent dans ces initiatives, généralement en tant que spécialistes. Mais ils les transforment rarement en domaine de recherche, tournant le microscope vers eux-mêmes et leur propre pratique. Après avoir participé à un projet d'appui au renforcement des capacités en Afrique, certains collègues et moi-même nous sommes intéressés au rôle que jouent la situation géographique et la puissance d'un pays dans sa contribution à la production scientifique.

Nous voulions savoir comment ces facteurs étaient appréhendés à travers les projets d'appui au renforcement des capacités. Nous nous sommes aussi demandé si de tels projets fonctionnaient comme une garantie de qualité ou une sorte de néo-impérialisme.

Autrement dit, nos recherches visaient à déterminer si le renforcement des capacités et la tendance au développement de la coopération internationale dans l'enseignement supérieur aidaient ou défavorisaient les universités africaines. La réponse ? Les deux à la fois.

Des "monocultures de l'esprit"

L'ambiguïté de ce genre de projets, c'est qu'ils peuvent donner lieu à ce que l'activiste indienne Vandana Shiva appelle les "monocultures de l'esprit". Selon elle, ils font disparaître la diversité de la perception, et par conséquent celle du monde. Les gens finissent tous par penser de la même façon.

La coopération internationale est aussi susceptible d'accroître la dépendance des universités africaines à l'égard du Nord en ce qui concerne le financement, les publications dans les revues et l'accès à une technologie qui n'existe que dans l'autre hémisphère. Cette emprise se manifeste également lorsque l'on commence à penser principalement en utilisant des concepts et solutions élaborés au Nord.

Cette coopération internationale peut entraîner les universités africaines dans l'obsession de la compétition qui domine l'enseignement supérieur aujourd'hui.

Enfin, cette coopération internationale peut entraîner les universités africaines dans l'obsession de la compétition qui domine l'enseignement supérieur aujourd'hui. Bien qu'elles puissent ainsi devenir compétitives à l'échelle mondiale, elles compromettent au passage leur intérêt local.

Les projets d'appui au renforcement des capacités risquent donc d'engendrer les monocultures de l'esprit de Shiva. Mais ils peuvent aussi produire l'effet opposé, à savoir émanciper les chercheurs africains et les guider vers l'indépendance.

Lire la suite


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires