Newsletter

Écoles d'ingénieurs : UniLaSalle et l'EME entrent en fusion

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Écoles d'ingénieurs : UniLaSalle et l'EME entrent en fusion
Dès le mois de mars, les campus de Beauvais, Rouen et Rennes seront sous la bannière d'UniLaSalle. // ©  Unilasalle
Le 11 janvier 2018, les deux établissements ont annoncé leur volonté de ne faire plus qu'un. Cette fusion, qui sera effective le 1er mars, n'est pas une première pour UniLaSalle, produit du rapprochement de LaSalle Beauvais et de l'Esitpa en 2016.

Nouvelle fusion dans le monde des écoles d'ingénieurs françaises : cette fois, c'est l'EME (École des métiers de l'environnement), établissement privé rassemblant près de 300 étudiants à Rennes, qui deviendra le troisième campus d'UniLaSalle dès le 1er mars 2018. Cette dernière est elle-même le résultat d'une fusion, entre LaSalle Beauvais et l'Esitpa, officialisée début 2016. Entre l'EME et UniLaSalle, c'est "un mariage d'amour et non de raison", assurent les établissements.

La nouvelle école conserve le nom "UniLaSalle"

En discussion depuis neuf mois, le rapprochement a été validé par les conseils d'administration de l'EME et d'UniLaSalle, les 19 et 20 décembre 2017, "à la quasi-unanimité, moins une abstention", précisent les deux écoles. Prochaine étape de formalisation : la réunion une assemblée générale extraordinaire le 21 février prochain, à l'issue de laquelle Philippe Choquet, actuel directeur général d'UniLaSalle, devrait logiquement conserver ses fonctions. Issu de deux écoles estampillées Eespig, le nouvel ensemble devrait conserver ce label national affichant sa mission d'intérêt général, à but non lucratif.

Dans un monde de l'enseignement supérieur désormais mondialisé, la marque UniLaSalle est un vrai plus.
(P. Choquet)

C'est le nom d'UniLaSalle qui a été choisi, celui d'EME étant conservé uniquement "en cobranding, durant une période de transition" pour le nouveau campus rennais. Ce qui acte, à terme, la disparition de la marque EME. "Nous conserverons ces deux noms aussi longtemps que nécessaire. Dans un monde de l'enseignement supérieur désormais mondialisé, la marque UniLaSalle est un vrai plus, elle apporte une reconnaissance de la qualité de la pédagogie et de la recherche à l'international", argumente Jacques Brégeon, président du conseil d'administration de l'EME.

Un recrutement unifié dès la rentrée 2019

Étape suivante pour la nouvelle école aux trois campus : la rentrée 2019, avec une admission unifiée pour tous les sites. "La procédure unique d'admission se fera sûrement via la banque d'épreuves du concours Puissance-Alpha, qu'UniLaSalle utilise depuis cette année", indique Philippe Choquet, lors de l'annonce de la fusion, distillant quelques chiffres : "UniLaSalle rassemblera 2.800 élèves, 20 formations diplômantes, 16.000 anciens et 360 salariés, sur ses trois campus".

Sur le plan de la formation, la dominante environnement sera développée à Rennes et "irriguera néanmoins toutes les formations d'UniLaSalle", sans créer un cursus ingénieur unique sur les trois campus. "Le cycle de prépa intégrée demeurera généraliste et permettra une mobilité vers les autres campus si l'étudiant le souhaite. Les frais de scolarité pourront varier d'un campus à l'autre, mais cela n'est pas encore décidé. C'est l'une des questions importantes qui fera l'objet de discussions dans les mois à venir", ajoute le directeur général.

Lire aussi : Écoles d'ingénieurs : après la fusion, des cursus à réinventer

Développer le numérique, via une nouvelle alliance ?

Quant au Bachelor spécifique de l'EME, "Coordinateur en environnement", plutôt orienté management et gestion de projet que sciences, il sera maintenu et sera peut-être rejoint par d'autres formations de niveau bac + 3. "Nous constatons une vraie demande des entreprises sur le créneau des Bachelors professionnalisants, que nous souhaitons développer, avec une vraie visibilité à l'international. C'est une voie à explorer", estime Philippe Choquet. À ses côtés, Sébastien Windsor, président du conseil d'administration d'UniLaSalle, acquiesce : "Nous travaillons aussi sur des formations à destination des professionnels, un sujet nouveau et important pour les entreprises."

Après l'Esitpa et l'EME, UniLaSalle poursuivra-t-elle son expansion ? Rien d'impossible, selon Philippe Choquet. "Nous sommes ouverts à toutes les opportunités. Notre conviction est qu'avec plus de 200 écoles d'ingénieurs sur le territoire, des consolidations sont ecnore nécessaires. De notre côté, nous souhaitons développer le numérique au sein de l'école, via une alliance ou tout simplement en interne". Les rapprochements entre écoles d'ingénieurs ne sont donc pas prêts de s'arrêter.


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne