En ce momentExclusif. Écoles de commerce : les jeunes diplômés en attendent toujours plus
On en parleÀ 30 ans, Erasmus retourne sur le terrain des valeurs
Actu | Innovation

États-Unis : et les gagnants des EdTech sont…

Jessica Gourdon  |  Publié le

0

Inria - Cube immersif : déplacement virtuel au sein du cerveau
La réalité virtuelle est l'une des technologies qui devraient marquer les EdTech en 2017, selon EdSurge. // © Inria / Photo Kaksonen

REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Après plusieurs années de croissance, les investissements dans les EdTech aux États-Unis ont stagné en 2016. Rien d'inquiétant pour le magazine spécialisé "EdSurge", qui rappelle que l'enseignement supérieur a attiré une grosse partie des fonds.

L'année 2016 aura été une bonne année mais pas autant que 2015. Tel est le bilan dressé par "EdSurge", qui a comptabilisé les investissements dans les EdTech aux États-Unis.

Au total, 1,03 milliard de dollars a été investi en capital-risque dans ce secteur, réparti sur 138 entreprises. En comparaison, en 2015, "EdSurge" avait recensé 1,45 milliard de dollars d'investissements, pour 198 cibles.

Cette baisse est d'autant plus notable que, depuis 2010, les chiffres n'avaient cessé de croître d'une année sur l'autre. Toutefois, l'inquiétude n'est pas de mise : cette tendance est à l'image du ralentissement qui touche tous les investissements en capital-risque, tous secteurs confondus, commente "EdSurge". En effet, en 2016, les investisseurs américains ont demandé aux start-up plus de rentabilité, et des business modèles générant de vrais revenus – une priorité plus forte, qui tranche avec l'euphorie de 2015.

l'avenir est dans l'intelligence artificielle

Parmi les gagnants EdTech de 2016, figurent les start-up opérant dans le monde de l'enseignement supérieur ou professionnel. Les investisseurs se sont particulièrement intéressés aux technologies qui permettent de repérer les jeunes en voie de décrochage, ou encore aux plateformes qui aident les étudiants à s'insérer efficacement sur le marché du travail, avec des formations en ligne ciblées. Ces start-up ont levé bien davantage de fonds que celles s'adressant aux élèves du secondaire, ou celles qui ciblent les besoins des professeurs.

La tendance est amenée à se poursuivre, puisque l'enseignement supérieur a une capacité à adopter les nouvelles technologies plus forte que le secondaire. Et aussi parce que les institutions supérieures sont davantage sous pression : elles doivent donner aux étudiants un "retour sur investissement" à la mesure des frais de scolarité.

Et pour 2017 ? Les experts interrogés par "EdSurge" sont confiants, et estiment qu'autant voire plus d'argent sera placé aux États-Unis dans les technologies de l'éducation. Notamment car les fonds chinois s'intéressent de plus en plus à ce secteur. Les domaines chauds du moment ? Toutes les technologies qui intègrent la réalité virtuelle, la réalité augmentée ou encore l'intelligence artificielle.

Jessica Gourdon  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :