En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | International, Innovation

Gradecraft veut "gamifier" l'enseignement supérieur

Jessica Gourdon  |  Publié le

0

Gradecraft permet aux étudiants de choisir leurs parcours d'apprentissage.
Gradecraft permet aux étudiants de choisir leurs parcours d'apprentissage. // © Gradecraft

Créée en 2012 par des enseignants de l'université du Michigan, la plate-forme d'apprentissage en ligne Gradecraft permet à ses utilisateurs d'introduire une dimension ludique dans leurs cours. L'objectif : motiver les étudiants et accroître leur autonomie.

Comment "gamifier" un cours ? On imagine un système complexe, nécessitant formations et équipement et ne s'appliquant qu'à certains domaines d'enseignement... Rangez vos a priori : GradeCraft n'est rien de cela. Conçue par des enseignants-chercheurs de l'université du Michigan, aux États-Unis, cette plate-forme d'apprentissage en ligne propose simplement d'insérer des éléments ludiques dans les cours, en s'appuyant sur les travaux demandés aux étudiants.

6.400 élèves, issus de huit établissements d'enseignement supérieur américains, ont déjà utilisé GradeCraft dans sa version pilote, développée depuis 2012. Objectif : commercialiser une version complète de l'outil numérique en 2017.

Donner le choix aux étudiants

Dans la pédagogie proposée par GradeGraft, l'enseignant doit revoir entièrement la façon dont il confie des travaux à ses élèves et leur mode d'évaluation, en imaginant toute une série de tâches, qui s'ajoutent aux traditionnels essais, examens et lectures : rédaction de posts de blogs ou de fiches de lecture, réalisation d'un projet collectif, création d'un site web ou d'une vidéo... Mais aussi la participation en classe ou encore le partage de notes de cours avec les autres élèves.

À chacune de ces tâches est associé un nombre de points. La plate-forme permet aux étudiants de mesurer leur progression, d'avoir accès à leurs résultats au moyen de divers graphiques et de recevoir des retours de leurs professeurs. Ils peuvent être récompensés en cours de parcours par l'obtention de badges.

Surtout, et c'est là un aspect fondamental de GradeCraft, les étudiants choisissent les tâches à réaliser, du moment qu'ils valident le cours en atteignant un nombre de points minimum. Ils peuvent ainsi privilégier une voie d'apprentissage à une autre. De quoi favoriser la prise de risque et limiter la peur de l'échec.

Certaines tâches peuvent être obligatoires, mais la plupart sont au choix des élèves. Comme dans les jeux vidéos, la réalisation de certaines permet d'en "débloquer" d'autres, plus difficiles.

Mes étudiants apprennent autant que lorsque je faisais mon cours de manière plus classique, voire plus. (R. Queen)

moins de stress, plus d'acquisitions

Robin Queen, professeur de linguistique à l'université du Michigan, a expérimenté GradeCraft dans quatre de ses cours. Selon elle, donner aux étudiants le choix de leur parcours augmente leur motivation et les rend plus autonomes et plus responsables. "J'avais déjà essayé de le faire sans logiciel, mais c'était compliqué à organiser", se souvient-elle.

L'avantage d'un système comme GradeCraft, outre son aspect ludique, est qu'il diminue aussi fortement "le stress et l'anxiété des étudiants au sujet de leurs résultats", remarque-t-elle. Ce système leur permet aussi de maîtriser davantage leur note finale. "S'ils veulent un A, ils le peuvent, en choisissant le chemin qui leur convient le mieux ", observe Robin Queen.

Cependant, ce mode d'évaluation peut ne pas convenir aux professeurs qui tiennent à distribuer un éventail de notes dans leur classe, afin d'identifier les meilleurs selon certains critères. "C'est aujourd'hui la situation la plus commune, mais elle me semble n'être pas adaptée à beaucoup d'étudiants. Et ce n'est pas le type d'évaluation qu'ils connaîtront par la suite dans leur vie en entreprise."

Reste une question : les étudiants apprennent-ils moins, en évitant tout ce qui leur paraîtrait "difficile" ? Ce n'est pas le constat de Robin Queen : "Mes étudiants apprennent autant que lorsque je faisais mon cours de manière plus classique, voire plus. Je le vois lors de l'examen final. Ils développent des compétences plus variées et l'ambiance de classe est plus agréable."

Jessica Gourdon  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :