En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | Gouvernance

Institut Mines-Télécom : les nouveaux statuts officialisent les fusions

Laura Makary  |  Publié le

0

Le futur bâtiment de l'Institut Mines-Télécom à Saclay
Le futur bâtiment de l'Institut Mines-Télécom à Saclay // © Grafton Architects

Les deux fusions – celle de Mines Nantes et de Télécom Bretagne, et celle de Mines Douai et de Télécom Lille – sont officialisées par un décret publié au Journal officiel du 16 novembre 2016, tout comme l’entrée des Écoles des mines au sein de l’Institut.

Les annonces étaient connues et le texte attendu. Le décret modifiant les statuts de l’Institut Mines-Télécom a été publié au Journal officiel mercredi 16 novembre, après plusieurs mois de discussions. Sans surprise, le texte, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2017, confirme deux fusions d'écoles membres de l'IMT : celle de Mines Nantes et Télécom Bretagne d'une part, et celle de Mines Douai et Télécom Lille d'autre part.

Ce décret transforme par ailleurs les Écoles des mines d’Albi-Carmaux, d’Alès, de Saint-Étienne, ainsi que les deux nouveaux établissements fusionnés en "écoles internes de l’Institut", comme c'était déjà le cas pour les "écoles des télécommunications" membres de l'IMT (Télécom ParisTech, Télécom Bretagne et Télécom SudParis). Leurs "biens, droits et obligations" sont transférés à l'IMT, tout comme leurs accréditations à délivrer les titres d'ingénieur.

Mines ParisTech, en revanche, bénéficiera d'un statut à part. Le décret confirme la place particulière qu'occupera l'établissement dans le nouvel organigramme. Sa convention de rattachement actuelle se terminera fin 2017. Une convention d'association sera alors publiée pour la remplacer.

Paul Friedel et Daniel Boulnois, directeurs des écoles fusionnées
IMT Atlantique : l'école issue de la fusion de Mines Nantes et Télécom Bretagne sera dirigée par Paul Friedel, actuel directeur de Télécom Bretagne. Anne Beauval, directrice de Mines Nantes, sera directrice déléguée.

IMT Lille-Douai : l'école issue de la fusion de Mines Douai et de Télécom Lille sera dirigée par Daniel Boulnois, actuellement à la tête des Mines de Douai. Il n'effectuera cependant pas un mandat entier, à cause de la limite d'âge. Narendra Jussien, actuel directeur de Télécom Lille, sera directeur délégué.
Une autre fusion en cours d'étude au sein de l'IMT
Une autre fusion est envisagée au sein de l'Institut Mines-Télécom : celle de Télécom SudParis et de Télécom ParisTech, en pleine étude de faisabilité. Cette étude sera rendue fin janvier 2017, pour une potentielle fusion en 2019, date programmée du déménagement sur le plateau de Saclay de Télécom ParisTech. L’objectif est, d’après Yves Poilane, directeur de cette dernière, de constituer "la grande école du numérique de Saclay". 

Laura Makary  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :