En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | Politique

Petites et moyennes universités: les "PMU" défendent leur modèle

CS  |  Publié le

0

Université de Haute-Alsace - intérieur du Campus de la fonderie
Université de Haute-Alsace - intérieur du Campus de la fonderie // © UHA

Small is beautiful... too ! Onze présidents d'université défendent dans une tribune le rôle de leurs petites et moyennes universités pour les territoires.

Onze présidents d'université ont pris la plume à la veille de la rentrée 2014 afin de rappeler l'importance de leurs établissements de petite et moyenne taille dans le paysage de l'enseignement supérieur. Soit une première interpellation de la part du réseau d'établissements pluridisciplinaires de proximité, qui s'est constitué il y a quelques mois.

"Nous voulons pointer les risques de concentrer les moyens sur les grands ensembles universitaires. Les mastodontes ne sont pas les seuls à être garants de la qualité et de l'excellence en formation et en recherche, et surtout de l'innovation et du dynamisme pour les territoires. Nous sommes en France une trentaine d'établissements de petite et moyenne taille à jouer un rôle fondamental", explique Rachid El Guerjouma, à la tête de l'université du Maine. Comme de véritables "leviers de développement économique, social et culturel", écrivent-ils.

Soutenir financièrement les établissements pour les regroupements

Si les onze présidents ne s'opposent pas dans cette tribune aux regroupements en cours, sous la forme de communautés, ou bien en fusionnant ou en s'associant, suite à la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, ils espèrent néanmoins des garde-fous.

"Le plus important est que l'État apporte des moyens aux universités pour mettre en œuvre ces structures, qui ont un coût. Laisser faire la nature, ce sera au détriment des universités de proximité", souligne Rachid El Guerjouma, qui partage sa crainte de voir les "PMU" réduites peu à peu à des collèges universitaires, limités au premier cycle.

"Si la loi est mise en œuvre avec des arrière-pensées budgétaires d'austérité et d'économies d'échelle, nous craignons d'être les premiers à en subir les conséquences, ajoute le responsable. Et par là même nos territoires !"

Les présidents signataires de la tribune
- Denis Varaschin (université de Savoie-Mont-Blanc)
- Pascal Reghem (université du Havre)
- Roger Durand (université du Littoral)
- Christine Gangloff-Ziegler (université de Haute-Alsace - Mulhouse)
- Rachid El Guerjouma (université du Maine - Le Mans, Laval)
- Emmanuel Roux (université de Nîmes)
- Mohamed Amara (université de Pau et des pays de l’Adour)
- Fabrice Lorente (université de Perpignan)
- Mohamed Rochdi (université de La Réunion)
- Marc Saillard (université de Toulon)
- Mohamed Ourak (université de Valenciennes)

Lire la tribune (pdf)

CS  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :