Newsletter

Présidentielle : comparez les programmes des candidats sur l'enseignement supérieur

La rédaction d'EducPros
Publié le
Envoyer cet article à un ami
INFOGRAPHIE. Faut-il une sélection à l’entrée de l’université ? Doit-on aller vers plus d’autonomie des établissements ? Quid du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche, ou des frais de scolarité ? EducPros vous propose de comparer les programmes des candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Des prérequis à l'entrée de l'université pour Emmanuel Macron, un revenu universel dont les étudiants bénéficieraient pour Benoît Hamon, des expérimentations en matière de gouvernance des universités pour François Fillon, une sélection au mérite pour Marine Le Pen, l'abrogation de la LRU et la loi Fioraso pour Jean-Luc Mélenchon... Si l'enseignement supérieur n'est pas, pour le moins, un thème débattu dans la campagne, les programmes écrits des 11 candidats à l'élection présidentielle de 2017 comportent chacun leur lot de propositions pour l'enseignement supérieur et la recherche. EducPros les a analysés pour vous, afin de vous permettre de comparer leurs propositions en un clin d'œil.

Pour accéder à la version mobile, cliquez ici.

Le chargement de l'infographie peut prendre quelques secondes.


La rédaction d'EducPros | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Bea.

Je suis déçu de voir autant de candidats qui ne se prononce pas, surtout Mme Arthaud qui est enseignante, en lycée.

Gaston henri.

Bonjour, Je peine à comprendre M. E. MACRON dans sa réponse apportée à la CPU le 15 mars. Favorable à la liberté de recrutement des EC par les Universités (quel contrôle ?), il vient d'annoncer, sous la pression de la CPU, qu'il supprimerait ... un projet de decret en cours permettant d'assurer la mobilité (mutation) des maitres de conférences et des professeurs ... au nom de l'autonomie. Outre, le fait que cette procédure de mutation n'est que facultative pour les universités, elles leur permettraient surtout, du point de vue de la GRH, de répondre à certaine situation de blocage, bien connues, du fait même de l'appréciation, non pas par des paires, mais par des spécialistes disciplinaires... jaloux de leur prérogative et peu enclin à accueillir... d'estimables collègues qui pourraient leur porter ombrage. D'ailleurs le CAC devrait se ranger à l'avis de deux de ses membres (EC) ce qui signifie qu'il aura bien un regard scientifique sur la candidature. Au final, plus d'autonomie pour les Universités, plus de liberté pour les EC : je ne comprends plus M. MACRON

Prof07.

Bonjour, Merci au modérateur de cette tribune de faire le tri des commentaires afin d'éviter la lecture d'inepties telle que celle écrite sur les Professeurs d'Universités. Il est évident que cette personne ne connait strictement rien au travail des enseignants-chercheurs et devrait donc s'abstenir de tout commentaire fallacieux.

EducPros.

Bonjour Prof07, après avoir lu l'ensemble des commentaires, nous estimons qu'aucun d'entre eux n'appelle à une modération de notre part. Bien à vous.

Shura07.

Encore augmenter le salaire des enseignants pourquoi pas, mais pas de tous. Les professeurs des universités gagnent déjà beaucoup trop par rapport à ce qu'ils produisent et au nombre d'heures d'enseignement imposées. Et qu'en est-il des petits personnels administratifs qui font tourner les universités et ne sont jamais récompensés, ni en salaire ni en pouvoir de décision? Tous ces éminents chercheurs et professeurs ne seraient pas capables d'organiser un examen sans nous, même si il n'y avait que 10 candidats.

thermik.

le salaire de certains Professeurs "haut de gamme" est élevés, mais les Prof 2ème classe et les maitres de conférences c'est pas bien élevé (après 8 ans d'études et post doc) N'oubliez pas que nous sommes enseignants -chercheurs le "petit personnel" est certes mal payé mais sans enseignants il n'aurait pas de raison d'exister. Inutile de nous monter les uns contre les autres et arrêtons de prétendre que l'université n'existe que grâce à l'administration !! c'est un travail d'équipe

Gilles d'Hallouaran.

Présentation tronquée au moins côté Mélenchon (je n'ai pas vérifié pour tous les candidats et je m'en tiens à ce qui m'a sauté d'emblée aux yeux). Mélenchon a en effet clairement exprimé publiquement une position sur l'alternance en affirmant souhaiter éroder la part de l'apprentissage et remettre massivement la formation professionnelle dans le giron de l'Education nationale. Il a aussi pris position sur la question du voile à l'université en affirmant qu'il n'y avait là aucun problème mais seulement un thème racoleur pour celles et ceux qui le manipulent dans une perspective électoraliste.

La rédaction.

Bonjour, nous nous en sommes tenus, comme nous l'avons spécifié, aux programmes écrits des candidats. Si ces mesures apparaissent dans son livret dédié à l'enseignement sup', nous les ajouterons. Merci pour votre remarque.