En ce momentEdTech : 12 start-up françaises à suivre
On en parleLe Cneser vote en faveur du projet de loi sur l'entrée à l'université
Actu | Gouvernance

Saclay : l'École polytechnique sort de l'Idex par le haut

Céline Authemayou, Laura Taillandier  |  Publié le

8

Saclay : l'École polytechnique sort de l'Idex par le haut
Le pôle NewUni doit permettre "la reconnaissance de la juste place de l'École polytechnique". // © École polytechnique - J.Barande

"NewUni". C'est le nom de code du projet de l'École polytechnique pour construire un pôle à côté de l'Université Paris-Saclay. Un projet que doit entériner Emmanuel Macron aujourd'hui, mercredi 25 octobre 2017.

L'École polytechnique a eu gain de cause. Emmanuel Macron, le président de la République en déplacement au plateau de Saclay mercredi 25 octobre, doit acter la séparation de l'Université Paris-Saclay en deux projets distincts.

À côté de Paris-Saclay, qui réunira les trois universités du secteur  – Paris-Sud, UVSQ et Evry – mais aussi CentraleSupélec, l’ENS Paris-Saclay et l’IOGS, et deviendra le périmètre de l'Idex, va naître un pôle construit autour de l’École polytechnique et baptisé, pour le moment, NewUni. Il regroupera a minima l'ENSTA ParisTech, l'ENSAE ParisTech, Télécom ParisTech et Télécom SudParis. "Ces écoles ont beaucoup de choses à faire ensemble, que ce soit en termes de mixité des parcours, d'opération de recherche commune, mais aussi, sans doute, en termes de mutualisation de service", assure l'Élysée, en amont du déplacement d'Emmanuel Macron.

LE PROJET NEWUNI, "UNE  JUSTE PLACE DE L’X"

Les documents consultés par EducPros évoquent la possibilité pour ce nouveau pôle, qui regroupe uniquement des écoles, de diplômer aux niveaux LMD (licences, masters et doctorats NewUni). De là à parler d'université ? Sur ce point, l'Élysée se veut prudent et botte en touche. "L'alliance est beaucoup plus récente autour de Polytechnique. Il n'est pas forcément utile de s'appeler université à ce stade..."

Pour l’heure, la structure juridique envisagée se veut légère et disposant de la personnalité juridique. Un statut EPSCP dérogatoire est dans toutes les têtes, statut qui ne pourra être possible qu’une fois l’ordonnance sur les regroupements de site entérinée. NewUni détiendrait l'accréditation à délivrer des diplômes et assurerait la coordination territoriale du site. 

Du côté des instances est envisagée la création d'un conseil d'administration sans directeurs d'écoles et assisté d'un conseil des membres et d'un conseil académique. Mais surtout, ce pôle NewUni doit permettre "la reconnaissance de la juste place de l'École polytechnique", à laquelle est octroyé "un rôle de primus inter pares dans la représentation".

Ce schéma soulève de nombreuses questions, notamment en termes de financement, puisque NewUni n’appartiendrait plus au projet Idex. Un document interne à l’Institut Mines-Télécom détaille les ressources potentielles : développement de formations, mécénat porté notamment par un "réseau puissant d'alumni"... Le nouvel ensemble pourrait également compter sur 50 % du budget des membres et sur des financements émanant du grand plan d'investissement.

RETOUR À LA CASE ATTALI

En actant ce projet, Emmanuel Macron conclut un cycle entamé il y a plus de deux ans. En juin 2015, le rapport de Bernard Attali dédié à l’avenir de l’École polytechnique est rendu public. Outre les propositions visant à réformer l’institution, l’économiste plaide alors en faveur de la création d’un grand établissement, intégré au sein de l’Université Paris-Saclay et réunissant 10 écoles scientifiques. L’ensemble, dénommé de façon maladroite "École polytechnique de Paris", veut réunir l’X, CentraleSupélec, Mines ParisTech, l’Ensta ParisTech, Télécom ParisTech, l’Ensae ParisTech ou encore l’ENS Paris-Saclay.

Bernard Attali propose – ou prédit – également la fusion, à terme, de l’UVSQ et de Paris-Sud et rappelle sans demi-mesure les réticences de l’X à se fondre dans l’Université Paris-Saclay. "L’École polytechnique a, depuis le début, manifesté une attitude pour le moins hésitante à l’égard de [la Comue]. Le conseil d’administration a certes franchi le Rubicon en 2011, en votant le principe d’une adhésion à l’Université Paris-Saclay, mais à l’évidence davantage sur injonction politique au plus haut niveau que par conviction", détaille Bernard Attali.

Six mois plus tard, le 15 décembre 2015, la visite de Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, va poser les fondations du projet soutenu par le président de la République ce 25 octobre 2017. Emmanuel Macron enjoint alors les écoles de son ministère à réfléchir à un schéma de "pôle d’excellence", qui doit aboutir dans les plus brefs délais à une feuille de route précise et à un calendrier. Un pôle d’excellence qui ressemble en bien des points au projet NewUni. Si ce n’est qu’à l’époque le pôle d’excellence n’est pas construit à côté de Paris-Saclay mais en son sein. 

Le 29 avril 2016, Paris-Saclay voit sa période probatoire Idex renouvelée. Le jury demande à l'Université d'aller vers plus d'intégration. Une plus grande intégration dont Polytechnique ne veut pas. Depuis, le périmètre du projet ne cesse de varier. Il faut attendre septembre 2017 pour que le gouvernement, via un comité interministériel, donne son feu vert pour explorer le scénario bicéphale soutenu par Emmanuel Macron.

QUID D’AGROPARISTECH ET DE HEC ?

Reste pour l’heure à AgroParisTech et HEC, membres de l'Université Paris-Saclay depuis sa création, à se positionner : quel pôle vont-elles rejoindre ? L’école d’ingénieurs, qui s’installera sur le plateau en 2019, n’a toujours pas résolu l’équation. Son histoire – école d’application de l’X – et son rattachement à un ministère technique semblent être autant d’arguments en faveur d’un ralliement à NewUni, mais rien n’est, pour l’heure, tranché.

Dans un document envoyé fin septembre 2017 à son personnel, le directeur général de l’Agro, Gilles Trystram, fait l'inventaire des "avantages" et des "fragilités" des deux projets. NewUni est décrite comme une "organisation qui se veut simple, légère et réactive", voulant développer des liens "forts" avec les entreprises mais construit sur "un statut universitaire" potentiellement générateur de conflits et un modèle économique jugé "peu clair". 

D'ici le 18 décembre 2017, et le dépôt d'un nouveau dossier devant le jury Idex, ils devront avoir fait leur choix. Polytechnique, elle, n'est plus tributaire de ce calendrier.

Céline Authemayou, Laura Taillandier  |  Publié le

8

8 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :