En ce momentBudget 2017 : 331 millions d’euros en moins pour l’Enseignement supérieur et la recherche
On en parleExclusif. Frédérique Vidal : "Le contrat de réussite étudiant devra être le plus personnalisé possible".
Actu | Formations

Sélection en master : seules 355 formations n'ont pas instauré de capacités d'accueil en 2017

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

0

Etudiants de L3 de biologie lors d'une séance de pédagogie inversée animée par Jean-Charles Cailliez 4, en janvier 2015
355 formations ont décidé de ne pas instaurer de sélection à l'entrée de leur première année en 2017. // © Sophie Blitman

Sur près de 3.000 mentions de masters existantes, 355 formations ont décidé de ne pas instaurer de sélection à l'entrée de leur M1 en 2017. Une sélection à l'entrée du M2 sera donc maintenue à la rentrée 2018 dans ces cursus. Cette liste, examinée par le Cneser du 11 juillet 2017, a reçu un avis négatif.

355 masters ont choisi de ne pas instaurer de capacités d'accueil dès leur première année de formation, mais de maintenir une sélection à l'entrée du M2 à la rentrée 2018. 

Depuis la loi de décembre 2016, les universités sont autorisées à sélectionner les étudiants à l'entrée de leur première année de master mais peuvent décider, de manière dérogatoire et pour certaines de leurs formations, de rester dans l'ancien système, à savoir celui de la sélection en M2. À la rentrée 2017, 1.500 M2 sélectionneront encore leurs étudiants.

Le Cneser vote contre la liste des M2 sélectifs en 2018

À partir de la plate-forme "trouvermonmaster.gouv.fr", le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a ainsi recensé l'ensemble des masters n'ayant pas instauré de capacités d'accueil en M1 pour la rentrée 2017. Cette liste, qui sera publiée en annexe du décret du 25 mai 2016 relatif au diplôme national de master, a été examinée, mardi 11 juillet 2017, par les membres du Cneser. Ces derniers ont voté contre (12 voix contre, dont l'Unef, le Snesup et la CGT ; neuf voix pour, dont Sup'Recherche-Unsa et le Sgen-CFDT, et cinq abstentions, dont la Fage).

Le document comporte "potentiellement" quelques erreurs, a néanmoins précisé aux élus le ministère, pour qui il s'agit d'une "liste limitative", certaines formations pouvant décider de ne sélectionner ni en M1 ni en M2.

52 universités conservent des M2 sélectifs en 2018

D'après les données du ministère, 52 universités conserveront ainsi des M2 sélectifs à la rentrée 2018, soit un peu plus de la moitié des établissements. Les disparités sont, par ailleurs, extrêmement fortes : l'université des Antilles, Paris 1 et Lyon 3 recensent respectivement 33, 22 et 15 M2 sélectifs contre une unique mention à Toulouse 3, Rennes 2 ou encore Bretagne-Sud.

Au niveau disciplinaire, avec 207 masters concernés par ce statut dérogatoire, le droit réunit sans surprise près de 60 % des formations ayant décidé de maintenir une sélection à l'entrée du M2.

Psychologie : 12 universités maintiennent des M2 sélectifs

À l'inverse, et contre toute attente, un grand nombre de responsables de masters de psychologie ont préféré instaurer une sélection en M1. Ainsi, sur une trentaine d'universités concernées par cette discipline, seules douze ont maintenu une sélection à l'entrée des M2. Il s'agit des universités de Clermont-Auvergne, Amiens, Besançon, Dijon, Nice, Poitiers, Strasbourg, Tours, Lille 3, Lyon 2, Paris 13 et Toulouse 2. 

Enfin, une centaine de formations relèvent de mentions diverses, de l'administration publique à la science politique, en passant par le génie civil ou la médiation culturelle.

Le fait que le droit, la psychologie  et les masters Meef (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) ne soient pas les seuls concernés par la dérogation irrite fortement l'Unef, qui y voit "une trahison de l'esprit de l'accord du 4 octobre 2016". "Le fait que d'autres mentions de masters figurent dans cette liste n'est, bien sûr, pas illégal, fait savoir Mélanie Luce, élue Unef au Cneser, mais cela ne correspond pas à l'esprit de la loi : le plus grand nombre de masters devaient appliquer la réforme dès la rentrée 2017." Stéphane Leymarie, secrétaire général de Sup'Recherche-Unsa, rappelle de son côté que la loi autorise ces dérogations sans aucune restriction liée à la mention.

UniversitéNombre de mentions sélectives en M2 à la rentrée 2018DroitPsychoMEEFAutres (sciences politiques, administration…)
Clermont-Auvergne 4 3 1 0 0
Aix-Marseille 9 8 0 0 1
Amiens 11 1 1 0 9
Angers 3 3 0 0 0
Avignon 2 1 0 1 0
Besançon 6 4 1 0 1
Bordeaux 13 12 0 0 1
Bretagne-Sud 1 1 0 0 0
Cergy-Pontoise 5 5 0 0 0
Chambéry 4 4 0 0 0
Corse 1 1 0 0 0
Dijon 13 4 1 3 5
Guyane 13 1 0 4 8
La Nouvelle-Calédonie 2 1 0 0 1
La Réunion 3 3 0 0 0
La Rochelle 5 5 0 0 0
Limoges 7 6 0 0 1
Lorraine 7 0 0 4 3
Mulhouse 1 1 0 0 0
Nantes 8 6 0 0 2
Nice 6 4 1 0 1
Pau 6 5 0 0 1
Perpignan 6 5 0 0 1
Poitiers 8 5 1 0 2
Rouen 6 6 0 0 0
Saint-Etienne 4 4 0 0 0
Strasbourg 4 1 0 3
Tours 8 3 1 1 3
UVSQ 2 1 0 0 1
Les Antilles 33 2 0 4 27
Evry-Val d'Essone 3 1 0 0 2
Orléans 13 2 0 0 11
Le Havre 4 4 0 0 0
Le Mans 3 0 0 3 0
Grenoble-Alpes 12 11 0 0 1
Lille 2 7 6 0 0 1
Lille 3 1 0 1 0 0
Lyon 2 4 3 1 0 0
Lyon 3 15 13 0 0 2
Paris 1 22 19 0 0 3
Paris 2 11 10 0 0 1
Paris 3 7 0 0 1 6
Paris 4 1 0 0 1 0
Paris-Saclay 7 7 0 0 0
Paris 5 11 1 0 4 6
Paris 11 2 2 0 0 0
Paris 12 13 13 0 0 0
Paris 13 2 1 1 0 0
Rennes 1 9 9 0 0 0
Rennes 2 1 0 0 0 1
Toulouse 2 5 0 5 0 0
Toulouse 3 1 0 0 0 1
TOTAL 355 207 16 26 106

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :