En ce momentPoursuites-bâillons : ces procédures qui veulent faire taire les universitaires
On en parleAu Brésil, les stratégies des grandes écoles françaises à l’épreuve de la crise
Enquête | Personnels, Politique

L’université à la recherche du temps perdu

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

7

Baromètre 2017
Les personnels de l'enseignement supérieur sont passionnés mais démotivés, selon la 4ème édition du baromètre EducPros. // © Julien Revenu

BAROMÈTRE 2017. Frustrés, les personnels de l'enseignement supérieur ? Si l'on devait résumer en un mot les résultats de la quatrième édition du baromètre EducPros, publié mardi 4 avril 2017, ce serait certainement celui-là. Enseignants-chercheurs et BIATSS sont continuellement tiraillés entre l'envie de bien faire leur travail et l'impression de manquer de temps et de moyens.

Le quinquennat de François Hollande n'aura donc rien changé au moral des professionnels de l'enseignement supérieur. Quatre ans après le lancement du baromètre EducPros, leur état d'esprit reste le même. Un peu plus des deux tiers (69 %) des 1.540 répondants ne sont pas enthousiastes par rapport à l'avenir de leur établissement. Les personnels des universités sont les plus moroses, au point d'envisager de quitter ce milieu, pour un tiers d'entre eux.

En cause, une vie professionnelle "stressante". C'est du moins ainsi que, spontanément, le plus grand nombre de répondants la décrivent. Les adjectifs "intéressante", "compliquée", "frustrante" et "épuisante" se suivent de près et témoignent d'un paradoxe non démenti encore cette année : les personnels de l'enseignement supérieur sont passionnés mais "démotivés", indique la moitié des répondants. Leur travail est source de satisfaction (pour 76 % d'entre eux) mais n'est pas reconnu à sa juste valeur, estiment-ils à 61 %.

Le temps, un bien rare à l'université

Le rythme de travail effréné est, en particulier, au cœur des récriminations des répondants : 76 % d'entre eux estiment ne pas avoir le temps de mener à bien les missions qui leur sont confiées. Un pourcentage qui atteint 80 % à l'université – contre 64 % en écoles de commerce – et grimpe à 91 % pour les seuls universitaires, contre 72 % pour les personnels BIATSS (bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, de service et de santé).

Un sentiment dont l'intensité est notable chez les enseignants-chercheurs, dont plus de la moitié signale ne pas avoir "du tout" le temps de faire leur travail, contre 24 % des personnels administratifs. "Le métier d'enseignant-chercheur repose sur une certaine souplesse en matière d'organisation du temps de travail, au quotidien, alors que les métiers administratifs sont en général plus normés, ce qui peut expliquer ce fort contraste", analyse Romain Pierronnet, doctorant en sciences de gestion et conseiller technique du baromètre.

Autre clivage, non moins important, les personnels BIATSS travaillant au sein des services centraux semblent mieux lotis que les autres : 54 % d'entre eux font état d'un manque de temps contre 87 % de leurs collègues des composantes de santé ou 66 % des UFR de sciences humaines et sociales.

Baromètre EducPros 2017 - Enthousiasme

"injonction à la démultiplication" et "urgences perpétuelles"

La soixantaine de commentaires libres portant sur ce sujet dans notre baromètre établissent le même constat : au regard des objectifs qui leur sont fixés, vingt-quatre heures dans une journée ne suffisent plus. Un contractuel dans un organisme de recherche en Île-de-France parle "d'injonction à la démultiplication de soi", quand une enseignante-chercheuse d'une université francilienne évoque "les urgences perpétuelles" et "un temps immense perdu dans une bureaucratie chronophage".

Pour expliquer cette course contre la montre, plusieurs répondants mettent en avant l'attribution de "trop de missions", "trop multiples", ou encore "rendues trop complexes par le mille-feuilles et les exigences administratives", le tout "sans moyens humains et financiers dédiés". 72 % des personnels des universités considèrent ne pas avoir les moyens matériels de mener à bien les missions qui leur sont confiées, contre 56 % en écoles de commerce et 50 % en écoles d'ingénieurs.

C'est 50 % d'enseignement, 50 % de recherche et 50 % d'administratif.

Un universitaire toulousain décrit ainsi son quotidien : "Nous devons faire toujours plus (produire plus en recherche, encadrer plus d'étudiants, faire tourner l'université, compenser les déficiences de l'administration, chercher des financements), le tout dans des conditions matérielles humiliantes." Une situation résumée par cette enseignante-chercheuse de l'université de Montpellier : "C'est 50 % d'enseignement, 50 % de recherche et 50 % d'administratif."

Baromètre - Vie professionnelle

Dans ce contexte, une enseignante-chercheuse de l'université de Strasbourg pointe du doigt "le traitement superficiel de l'innovation pédagogique, à laquelle personne n'a le temps de réfléchir sereinement ni de se former", ce qui devient "une cause de profonde frustration".

Un équilibre vie privée-vie professionnelle peu satisfaisant

La cadence imposée a enfin des effets directs sur la conciliation entre vie privée et vie professionnelle : 65 % des enseignants-chercheurs estiment que leur travail ne leur permet pas de garder un équilibre satisfaisant entre les deux. "Ce chiffre renvoie, une fois encore, à la souplesse du temps de travail des enseignants-chercheurs, qui est à double tranchant, souligne Romain Pierronnet. Elle laisse beaucoup de liberté mais empiétera plus facilement sur la vie privée."

Ce que corrobore cet universitaire, qui dit "travailler douze heures par jour pour mener de front l'empilement des tâches" et se retrouve à devoir "corriger les copies ou avancer sur les cours le week-end !" Ou cette enseignante-chercheuse d'Île-de-France, "à temps partiel pour garder un équilibre vie professionnelle-vie de famille". Publier ou procréer, le dilemme est toujours d'actualité.

Un "effet fusion" positif pour les personnels BIATSS ?
Le baromètre EducPros semble mettre en lumière l'existence d'un "effet fusion", visible sur les personnels BIATSS. Ils sont ainsi plus nombreux à indiquer avoir le temps nécessaire pour mener à bien leurs missions lorsqu'ils travaillent dans une université ayant fusionné (44 %, contre 37 % en moyenne, 37 % lorsque l'université connaît un projet de fusion et 33 % lorsque l'université n'a pas connu de projet de fusion).

"Cela peut s'interpréter de deux façons, avance Romain Pierronnet. Soit la fusion a entraîné une meilleure organisation des services et une plus grande efficacité, soit elle a engendré en amont une telle quantité de travail supplémentaire que le retour à la normale leur donne cette sensation d'avoir retrouvé du temps ! Cela rappelle que les réorganisations liées aux fusions ont un impact significatif sur le travail des agents et sur leur rapport au temps."
Méthodologie

Entre le 1er février et le 8 mars 2017, 1.540 personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche ont répondu à un questionnaire en ligne, qui comprenait une vingtaine de questions sur leur moral, leurs conditions de travail et leurs aspirations pour le prochain quinquennat.

Il a été réalisé avec la collaboration de Romain Pierronnet, chercheur en gestion des ressources humaines, et François Sarfati, chercheur au Centre d’études de l’emploi.
Sur le baromètre EducPros 2017,  lire aussi :

- Présidentielle : l'université se rêve sélective mais accessible
- Baromètre EducPros 2017 : quel est le profil des répondants ?
- Baromètre EducPros 2017 : tous les résultats en images

Consulter l'édition précédente : Baromètre EducPros 2016. À l'université, le malaise devient politique

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

7

7 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :