Newsletter

Arts et Métiers : trois candidats ex aequo pour la direction

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Arts et métiers, campus de Paris
Sur les 12 candidatures reçues, seulement six avaient été retenues par le conseil d'administration de l'école d'ingénieurs. // ©  Stefan Meyer
Le conseil d'administration d'Arts et Métiers a proposé trois candidats à la direction générale, arrivés ex aequo au terme du scrutin : Hilaire de Chergé, Jean-Marc Idoux et Laurent Champaney. Ils ont obtenu chacun 15 voix pour et 14 voix contre. C'est désormais à Najat Vallaud-Belkacem de trancher.

Trois candidats proposés au lieu d'un seul. C'est le résultat du vote du conseil d'administration d'Arts et Métiers, qui s'est achevé jeudi 12 janvier 2017 au soir. Hilaire de Chergé, Jean-Marc Idoux et Laurent Champaney ont obtenu chacun 15 voix pour, 14 voix contre et une abstention, d'après l'école. Laurent Carraro, actuellement en poste, laissera sa place de directeur général, après un mandat, le 27 février prochain.

Au total, Arts et Métiers a reçu 12 candidatures. Six ont été retenues et présentées au vote du conseil d'administration : les trois ex aequo, mais aussi Christian Lerminiaux, directeur de Chimie ParisTech, Olivier Gibaru, professeur à Arts et Métiers, et Pierre-Jean Barre, directeur de l'Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable (université Nice-Sophia-Antipolis). 

C'est désormais à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, de trancher et de nommer le directeur de l'établissement, parmi trois profils très différents.

Laurent Champaney est le candidat maison. Directeur général adjoint en charge des formations à Arts et Métiers depuis juin 2012, il est diplômé de l'UVSQ et l'ENS Cachan, il était auparavant professeur à l'ENS Cachan. Secrétaire général de l'Institut catholique de Paris depuis 2012, Hilaire de Chergé est diplômé de Polytechnique et de Dauphine, il a également dirigé le groupe Cesi de 2010 à 2012. Quant à Jean-Marc Idoux, c'est le directeur général de HEI depuis 2002, ainsi que d'Yncréa Hauts-de-France (groupe HEI-ISA-Isen) depuis 2012. Diplômé d'Arts et Métiers, il y a enseigné de 1994 à 2002. C'est le seul Gad'zart parmi les trois candidats.

Laurent Carraro ne se représentait pas

Quel que soit le choix de la ministre, le nouveau directeur aura fort à faire pour pacifier les relations avec la Société des anciens. Laurent Carraro n'a pas souhaité briguer un second mandat, en raison de sa relation tendue avec l'association des alumni d'Arts et Métiers. Le rapport de l'IGAENR, qui dénonçait début 2016 la trop grande puissance des anciens, a mis le feu aux poudres.

"L’association est en opposition totale avec l’école comme avec ma personne. Je suis devenu une cible à atteindre pour s’opposer à la trajectoire de l’établissement. J’ai été mêlé personnellement à la question du décret sur la modification de la composition du conseil d’administration. Et je pense qu’il faut à la tête de l’école quelqu’un avec qui les anciens aient une relation plus sereine", expliquait le directeur général à EducPros, en octobre 2016.

La Soce (Société des ingénieurs Arts et Métiers), de son côté, avait réagi au départ de Laurent Carraro, dans un communiqué envoyé à la communauté des Gadz'arts quelques jours après l'annonce faite par le directeur général à ses personnels, le 17 octobre. Elle souhaitait alors "un nouveau directeur général à l'écoute des réalités pour relancer les projets de coopération qui ont concentré l'énergie de la Société depuis 2010."


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires