Aux États-Unis, Purdue University rachète Kaplan, géant de l'enseignement en ligne

Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Purdue University - Etats-Unis - Université
Avec le rachat de Kaplan, l'université de Purdue gagne 32.000 étudiants. // ©  Purdue University / Mark Simons
REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. L'université publique Purdue, créée dans l'Indiana en 1869, vient d'acheter le géant de l'enseignement en ligne Kaplan. L'établissement gagne ainsi 32.000 étudiants, mais aussi la possibilité de décupler son influence et la portée de sa marque partout dans le monde.

Le début d'une nouvelle ère, un moment charnière... Aux États-Unis, la presse et les blogs spécialisés sont unanimes pour reconnaître l'importance symbolique du rachat, par Purdue University, du géant de l'enseignement en ligne Kaplan. Purdue va reprendre à son compte la centaine de diplômes à distance de Kaplan, ainsi que ses 3.000 employés. Le rachat, annoncé en mai, a été effectué pour un dollar symbolique, mais selon les termes de l'accord, Purdue devra reverser à la société mère de Kaplan 12,5 % des revenus issus des diplômes en ligne, pendant les trente ans de l'accord.

Ce "deal" signe donc un mariage inédit entre deux mondes. D'un côté, une vaste et ancienne université publique de l'Indiana, réputée pour sa recherche en sciences, mais jusqu'ici peu investie dans l'enseignement à distance. De l'autre, l'un des plus gros acteurs de l'enseignement en ligne, qui rassemble, dans ses divers cursus, 32.000 étudiants. Comme beaucoup d'autres établissements à but lucratif, Kaplan était très en pointe sur l'online, mais connaissait depuis quelques années une baisse du nombre de ses inscrits.

Une érosion liée au contrôle accru exercé par l'administration Obama sur ces institutions, à la concurrence de plus en plus vive dans ce secteur, et à l'image dégradée de ces établissements et de leurs pratiques commerciales auprès du grand public (plusieurs ont fermé leurs portes).

Purdue veut atteindre un public nouveau

L'accord Purdue-Kaplan est considéré comme "audacieux" par de nombreux commentateurs. En prenant le contrôle des diplômes Kaplan, Purdue va "plonger complètement dans l'univers du online sans avoir eu à développer la technologie, le personnel, le marketing [...] associés à l'entrée sur ce marché. Purdue va entrer en concurrence et sur le même marché que d'autres gros acteurs de l'enseignement en ligne à but non lucratif, comme Penn State", analyse le consultant Brian Mitchell dans le Huffington Post. De quoi décupler son influence et la portée de sa marque partout dans le monde : la nouvelle entité rassemblera 70.000 étudiants.

Ce rachat témoigne surtout de la volonté des universités traditionnelles de basculer dans une nouvelle ère, et de toucher un nouveau public. À savoir tous ces adultes jeunes, ou moins jeunes, qui n'ont pas fait d'études ou ont décroché, qui travaillent, qui ont souvent des enfants, et qui veulent se former. Des personnes qui constituaient l'essentiel de la cible de Kaplan, et pour qui les formats en ligne, en raison de leur souplesse, sont particulièrement adaptés.

Un processus inédit

Mais cette acquisition suscite de nombreuses critiques, en particulier chez les professeurs de Purdue. Ceux-ci s'inquiètent du risque financier encouru par l'université, de la gouvernance de la nouvelle entité et s'indignent de ne pas avoir été consultés au préalable.

Avant que ce rachat ne soit totalement opérationnel, de nombreuses questions délicates devront être réglées, concernant les procédures d'accréditation de la nouvelle entité, son statut, ses différentes obligations vis-à-vis des autorités fédérales... Le processus, inédit, pourrait durer plusieurs mois.

Aller plus loin
L'article d'Inside Higher Education (en anglais)
L'article du Huffington Post (en anglais)

Jessica Gourdon | Publié le