Compte personnel de formation: les universités oubliées

Dominique Perez
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Ni licences ni masters professionnels : la première liste de formations éligibles au Compte personnel de formation a oublié les universités. Une nouvelle couleuvre à avaler pour les facs qui attendaient des retombées financières de ce nouveau dispositif de formation continue.

Mauvaise surprise : très confiantes sur le fait d'être en première ligne dans le nouveau dispositif de formation remplaçant le DIF (Droit individuel à la formation) début janvier 2015, les universités sont pourtant bien peu présentes dans la première liste nationale interprofessionnelle des formations éligibles au CPF (Compte personnel de formation). Liste rendue publique ce mercredi 26 novembre 2014 par le Copanef, instance paritaire où siège notamment le Medef.

Si quelques DUT ou formations spécifiques (responsable de formation, actuaire...) ont été sélectionnés, nulle trace des licences et masters professionnels. Un choix assumé : "Il nous semble difficile pour un salarié ou un demandeur d'emploi d'accéder à des diplômes universitaires par le CPF", explique Christian Janin, président du Copanef.

Les certifications de niveau I et II représentent pourtant environ les trois quarts des diplômes et titres sélectionnés par la commission, et nombre d'entre eux sont délivrés par des écoles de commerce et de management, traduisant la prééminence des formations des CCI. En ajoutant les licences et masters préparés à l'université, ces niveaux de formation auraient-ils été trop présents ?

Autre raison officieuse avancée par certains : les universités doivent "mieux s'adapter aux besoins des entreprises". Un point de vue que les universités apprécieront. 

Une liste ouverte

Rien ne serait perdu pour autant... Cette liste est la première publiée et reste "ouverte" : des certifications seront analysées et sélectionnées au cours des mois, voire des années à venir. De plus, les régions et les branches professionnelles doivent également faire des propositions d'ajouts de formations certifiantes également éligibles au CPF.

Il n'empêche. Un an après la signature du protocole entre le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, la CPU, la Cdefi (Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs) et 17 branches professionnelles, qui engageait la collaboration sur "la formation tout au long de la vie", l'exclusion des licences et masters du nouveau dispositif porte atteinte à leurs bonnes relations.

Les universités et la formation tout au long de la vie
Dans une interview mise en ligne le 27 novembre sur le site de la CPU, Alain Gonzalez, président de la Conférence des directeurs de service universitaire de formation continue estime que "pour le moment, l'offre [universitaire en formation continue] est insuffisamment adaptée mais il est vrai que cette mission est récente. Le rythme universitaire, qui s'étale d'octobre à juin, n'a pas été pensé pour des publics adultes qui viendraient chercher à l'université des parcours "montée en compétences", par exemple. La question aujourd'hui qui se pose est la suivante : est-on capable de s'adapter à une demande qui arrive tout au long de l'année et non pas seulement au moment du calendrier universitaire? C'est donc une transformation en profondeur qu'il faut mener. Cela pourra prendre de 5 à 10 ans mais nous y parviendrons.

Lire l'interview



Dominique Perez | Publié le