Édition scientifique : des fraudeurs lourdement sanctionnés

Olivier Monod
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le biologiste Olivier Voinnet vient d'être suspendu deux ans du CNRS pour fraude scientifique
Le biologiste Olivier Voinnet vient d'être suspendu deux ans du CNRS pour fraude scientifique // ©  Frédéric Maigrot / REA
La fraude scientifique n'est pas impunie. Olivier Voinnet, chercheur en biologie moléculaire végétale, vient d'être suspendu deux ans par le CNRS suite à des manipulations de ses articles de recherche. Aux États-Unis, Dong-Pyou Han a été condamné à de la prison ferme pour avoir falsifié les résultats d'un test d'un vaccin contre le VIH.

Sale temps pour les fraudeurs. La baisse de qualité de l’édition scientifique fait régulièrement la une, notamment sur EducPros, mais les irrégularités ne sont pas sans risques. Deux décisions, l’une aux États-Unis et l’autre en France, sont venues rappeler les chercheurs à leur responsabilité.

En France, le CNRS a décidé de suspendre pour deux ans Olivier Voinnet. Le centre de recherche publique avait lancé une commission d’enquête sur 13 articles de ce biologiste soupçonné de fraude sur le site communautaire PubPeer. Les enquêteurs ont constaté "des manipulations de figures" sur des graphiques constituant "des manquements graves au principe d’intégrité en recherche scientifique". Alain Fuchs, le président du CNRS, a déclaré qu’il souhaitait ne pas "transiger avec l’intégrité".

Aux États-Unis, Dong-Pyou Han, un chercheur en biologie médicale, a été condamné à 57 mois de prison pour fraude scientifique sur un test de vaccin contre le VIH. Il avait été forcé à la démission par l’université de l’État de l’Iowa. Mais cette sanction a semblé trop légère au sénateur Charles Grassley, et Dong-Pyou Han a été convoqué devant un grand jury. Le scientifique a alors notamment reconnu avoir falsifié des résultats pour obtenir des bourses publiques.


Olivier Monod | Publié le