Enquête APEC : les jeunes diplômés touchés par la crise


Publié le
Envoyer cet article à un ami

« La situation des jeunes diplômés est préoccupante et tout laisse à penser qu’elle le sera plus encore pour la promotion qui va arriver sur le marché à la fin du premier semestre 2010 », a estimé Eric Verhaeghe, président de l’APEC (Association pour l’emploi des cadres), lors de la présentation de l’enquête annuelle d’insertion professionnelle des diplômés 2008 de niveau bac + 4 et plus. Même s’ils « résistent mieux que ceux qui n’ont pas de qualifications », la part de ces jeunes en situation d’emploi huit mois après leur sortie du système éducatif accuse ainsi une chute brutale : 68 % contre 77 % pour les diplômés 2007.

Les jeunes ingénieurs subissent la plus forte baisse
Selon cette enquête de l’APEC, ce taux d’emploi varie selon les filières de formation. Il est de 73 % pour les diplômés d’écoles de commerce et de gestion contre 61 % pour les diplômés de l’université. Et si du côté des ingénieurs, 72 % d’entre eux ont été recrutés au bout de huit mois, leur situation accuse la plus forte dégradation par rapport à l’an passé du fait d’une situation particulièrement dégradée dans l’industrie. Plus difficile, la recherche d’emploi est aussi plus longue : 5,4 mois en moyenne contre 4,8 mois pour la précédente promotion.

L'informatique et le médical, deux secteurs épargnées
Ce repli du marché de l’emploi – avec une baisse constatée de 38 % des offres d’emplois cadre entre janvier et août 2009 –  concerne tous les secteurs. Certains sont très lourdement touchés, à l’exemple des spécialités « génie civil, BTP et spécialités industrielles », « finances, banque, assurances » et « ingénieur généraliste, métallurgie, mécanique, aéronautique » pour lesquels les taux d’emploi sont en recul de plus de 20 points. La baisse est moins forte dans les filières « gestion, comptabilité, administration, RH » et « Agronomie, alimentaire, environnement, écologie ». Seules l’« Informatique, télécommunications, technologies multimedia » et le « Médical, pharmacie, paramédical, social » semblent réellement épargnées.

Des conditions d’emploi moins favorables
Pour la majorité (68 %) des diplômés à bac + 4 qui ont tout de même été recrutés, leurs conditions d'embauche se sont dégradées par rapport à 2007. Le nombre de CDI est en baisse (- 7 points) et leur rémunération médiane est de 26.400 euros contre 27.300 euros pour le précédente promotion. Enfin, malgré un contexte morose, 88 % des jeunes diplômés s’estiment satisfaits de leur emploi actuel, contre 92 % l’an passé.

* Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 4040 jeunes diplômés en 2008 de niveau bac + 4 interrogés entre le 2 avril et le 4 mai 2009.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires