Isabelle Barth, nommée directrice générale d'Inseec business school

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'Inseec Paris
Avec la nomination d'Isabelle Barth, Catherine Lespine poursuit la réorganisation du groupe. // ©  Inseec
Changement d’univers pour Isabelle Barth. L’ancienne directrice générale de l’EM Strasbourg rejoindra, le 1er juillet 2018, le groupe Inseec U, en tant que directrice générale de l’Inseec BS et responsable de l’animation et de la valorisation de la recherche du groupe.
 // © Photo fournie par le témoin

Après avoir été directrice générale de l'EM Strasbourg, Isabelle Barth a candidaté récemment à la tête de Sciences po. Mais elle rejoint finalement l'Inseec U, en tant que directrice générale de l’Inseec BS et directrice de l’animation et de la valorisation de la recherche du groupe.

Déjà aux manettes, elle prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 1er juillet 2018. Elle succède à la tête de l’école de management à Catherine Lespine, qui conservait ce poste en parallèle de son rôle de PDG du groupe. "Ma mission est de rendre à l'Inseec BS sa place centrale au sein du groupe, et de l'aider à reprendre sa légitimité dans le concert des grandes écoles", confie Isabelle Barth, contactée par EducPros. Pas question pour autant "d’écarter" ou de "remplacer" Rémy Challe, actuel "dean", avec qui elle travaillera "en binôme", assure-t-elle. Reste à en définir les modalités.

Structurer et valoriser la recherche du groupe

En parallèle, Isabelle Barth sera chargée d’animer et de valoriser la recherche des cinq grandes écoles (Inseec BS, ESCE, EBS, ECE et Université internationale de Monaco) du groupe, né du rachat des écoles de Laureate par l'Inseec (Apax), en 2016. "Tout est à faire", poursuit la nouvelle directrice. Cette nomination "est une décision de Catherine Lespine, qui a vu ce que j’avais fait à l’EM Strasbourg", ajoute-t-elle.

"L’idée est de montrer qu’il existe en France un groupe d’enseignement supérieur privé qui revendique une légitimité sur un certaine nombre de disciplines et de programmes".

Ne craint-elle pas un saut violent entre l’université, dont elle s’est mise en disponibilité, et l’enseignement supérieur privé, détenu par un fonds d’investissement ? "Non, et ce que je vais apprécier, notamment dans le groupe Insee, c'est la réactivité du privé, très différent du rythme de l'université."

Catherine Lespine, qui a présenté sa nouvelle stratégie et la nouvelle identité d'Inseec U en novembre 2017, poursuit là son œuvre de consolidation du groupe, qui pourrait être à vendre dans les mois qui viennent.

Pour aller plus loin

-Lire la biographie d'Isabelle Barth
-Consulter le blog d'Isabelle Barth


Cécile Peltier | Publié le