L'Académie des sciences veut développer l'enseignement de l'informatique

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Un rapport publié en mai 2013 par l'Académie des sciences estime essentiel d'instaurer un "enseignement de science informatique" dès le primaire. Dans cette perspective, la formation des enseignants apparaît comme la première priorité.

"Il est urgent de ne plus attendre" : d'emblée, le sous-titre donne le ton du rapport que l'Académie des sciences consacre à l'enseignement de l'informatique en France. Pointant le retard de la France en la matière, le document salue néanmoins "la prise de conscience de la nécessité d’un enseignement d’informatique en tant que discipline scientifique". En particulier, la création de la spécialité Informatiques et sciences du numérique (ISN) en terminale ainsi que la feuille de route du numérique présentée par le gouvernement en mars 2013 vont dans ce sens.

Les sages du quai de Conti recommandent de définir les programmes d'un véritable "enseignement de science informatique depuis le primaire jusqu'au lycée", d'augmenter le volume horaire en CPGE et de créer des cours de "culture informatique" pour tous les étudiants de licence et master.

Mais encore faut-il parallèlement former les enseignants, aussi bien les débutants dans les ESPE (Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation) que les plus expérimentés dans le cadre de la formation continue. Dans cette perspective, le rapport souligne que "le développement des cours en ligne ouverts et massifs (les MOOC, ndlr) offre un nouveau levier pour améliorer la formation continue des enseignants, avec des économies d’échelle potentiellement importantes".

Définie comme "priorité absolue", la question de la formation des enseignants avait déjà été soulevée au moment de la création de la spécialité ISN. Les expériences internationales dont rend compte le rapport de l'Académie des sciences font une nouvelle fois ressortir sa nécessité.

Lire le rapport de l'Académie des sciences sur l'enseignement de l'informatique en France.


Sophie Blitman | Publié le