Newsletter

Université de Bourgogne : l'IAE devient une école interne

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Campus de l'université de Bourgogne © Service communication uB
Campus de l'université de Bourgogne © Service communication uB

Gagner en indépendance tout en restant universitaire. C'est l'objectif de l'IAE de Dijon qui devient une école interne de l'université de Bourgogne.

A presque 60 ans d'existence, l'IAE de Dijon prend son indépendance. L'institut, jusqu'ici rattaché à l'UFR de sciences économiques et gestion de l'université de Bourgogne, est devenu début juin 2014 une école interne de l'établissement, au même titre qu'un IUT ou une école d'ingénieurs (article 713-9 du code de l'Education). L' “IAE Dijon, École universitaire de management, université de Bourgogne”, qui se dote ainsi d'un nouveau nom, rejoint les 28 autres instituts du réseau des 32 IAE qui possèdent déjà ce statut.

Une plus grande autonomie que Grégory Wegmann, directeur de l'institut, jugeait nécessaire. “Jusqu'ici nous étions un département, c'est-à-dire que nous n'avions aucune existence autonome. Cela ne nous permettait pas de distinguer rapidement les étudiants de l'IAE dans les statistiques de l'université”, notamment pour des données aussi importantes que les effectifs ou les taux de réussite et d'insertion.

Difficile dans ces conditions d'assurer une visibilité vis-à-vis du tissu économique local, par exemple. Désormais, l'IAE, qui compte une petite quarantaine de personnels, sera doté de son budget propre, de son propre conseil d'administration et d'un président obligatoirement extérieur à l'établissement.

PLUS QUE JAMAIS IAE

Pour voler de ses propres ailes, l'IAE aura toutefois dû patienter. “Cela fait 20 ans que l'institut demande son autonomie. Cela n'a été possible que depuis l'arrivée, il y a deux ans, du président de l'université de Bourgogne, Alain Bonnin, qui a fait preuve de volonté politique”, résume le directeur, également vice-président du réseau des IAE en charge de l'international.

Car si l'institut devient plus autonome, il reste néanmoins une composante de l'université comme toute école interne. Une dimension à laquelle tient Grégory Wegmann et plus largement le réseau des IAE, désormais appelé IAE France. “Notre ancrage universitaire est primordial ne serait-ce que par l'adossement au laboratoire de recherche en gestion CREGO, qui nous permet de diriger des thèses”, explique-t-il.

Universitaire et “plus que jamais IAE”, l'institut proposera à compter de la rentrée une première année de licence, qui permettra aux étudiants de réaliser l'intégralité de leur parcours dans l'institut. Un pari gagnant puisqu'il accueillera à la rentrée environ 700 étudiants, soit une centaine de plus que les années précédentes.


Morgane Taquet | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Sirius.

Bravo pour l'accès, enfin, au statut d'école autonome au sein de l'université. Erreur de s'engager dans un cycle licence. Les IAE qui réussissent à sortir du lot sont justement ceux qui se positionnent comme des "graduate schools" (master et doctorat).