Newsletter

Frais de scolarité en hausse dans les écoles d'ingénieurs de la Défense

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'Ensta ParisTech à Saclay ©Ph. Fretault
L'Ensta ParisTech à Saclay ©Ph. Fretault

Après l’Ensta ParisTech et l’Isae à la rentrée 2014, l’Ensta Bretagne devrait voir ses droits de scolarité augmenter dès la rentrée 2015. L'école se penche actuellement sur le dossier.

La vague des hausses de droits d'inscription continue de se propager dans les écoles d'ingénieurs. Si le ministère de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur affirme ne pas avoir la volonté de toucher aux tarifs des études, les autres ministères se penchent attentivement sur la question... et passent à l'action. Après le ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique début 2014, c'est au tour de la Défense (via la Direction générale à l'armement) de choisir la voie de l'augmentation des droits d'inscription pour les écoles placées sous sa tutelle.

Depuis la rentrée 2014, les nouveaux élèves ingénieurs de l'Ensta ParisTech doivent payer 450 € de frais (contre 0 € jusqu'à présent) qui s'ajoutent aux 1.100 € de droits déjà demandés. Des droits qui s'élèveront à 1.850 € dès la rentrée 2015. À l'Isae, à Toulouse, le coût de la scolarité est passée de 1.200 € en 2013 à 2.300 € en 2014 (450 € de frais et 1.850 € de droits).

Autre école d'ingénieurs placée sous la tutelle de la Défense, l'Ensta Bretagne affiche quant à elle des droits de 1.100 € cette année encore, mais ce montant devrait être revu à la hausse dès la rentrée 2015. L'école se penche actuellement sur le sujet et son conseil d'administration se prononcera en mars 2015. "Si les subventions publiques se stabilisent, elles ne sont pas au niveau du contrat d'objectifs et de performance qui avait été signé, constate Patrick Puyhabilier, le directeur de l'établissement. Si l'on ajoute à cela une hausse des charges, due notamment à l'augmentation de la masse salariale dans le budget, il devient nécessaire de s'interroger sur le montant des frais demandés à nos élèves."

Si aucun chiffre n'est pour l'instant avancé, l'Ensta Bretagne devrait sans surprise s'aligner sur sa consœur parisienne et faire ainsi passer ses droits de 1.100 € à 1.850 €. L'école ne s'est pas encore penchée sur la question des frais de scolarité, aujourd'hui inexistants.

les Écoles des ministères techniques au même tarif

Ces augmentations, votées en CA et validées par la tutelle, s'inscrivent dans un contexte budgétaire tendu, où les subventions émanant de l'État stagnent, lorsqu'elles ne diminuent pas. En plaçant les frais d'une année de scolarité à 2.300 €, la Défense s'aligne sur le ministère de l'Économie : depuis la rentrée, Télécom ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom SudParis mais aussi les écoles des Mines (Paris, Saint-Étienne, Alès, Douai, Nantes et Albi-Carmaux) affichent en moyenne ce tarif. Il en va de même pour l'École des ponts ParisTech, sous tutelle du ministère du Développement durable : l'école francilienne demande désormais 2.570 € à ses étudiants contre 1.300 € en 2013.


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires