Nicolas Sarkozy propose 500 euros de plus aux enseignants contre plus de temps de présence


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Mardi 28 février 2012, Nicolas Sarkozy a présenté ses pistes pour réformer le système éducatif lors d’un meeting à Montpellier avec l’idée que « c’est à l’école, de la petite enfance jusqu’au bac », qu’il veut donner la priorité s’il est élu président pour les 5 ans à venir. Dans les faits, ses propositions tournent beaucoup autour du collège.

Mardi 28 février 2012, Nicolas Sarkozy s’est rendu à Montpellier visiter l’un des internats d’excellence créés pendant son quinquennat et  proposer ses pistes de réforme pour l’école, sa « priorité » lors d’un meeting. Le candidat-président a réutilisé une vieille recette : « travailler plus pour gagner plus ». Il a ainsi proposé que les professeurs (volontaires) soient augmentés de près de 500 euros nets par mois (25 %) s’ils passent 26 heures par semaine dans leur établissement (au lieu des 18 heures réglementaires de cours). « Je fais le choix de moins d’enseignants mieux rémunérés », a-t-il déclaré. Pour leur permettre d’être plus présents, un bureau leur serait accordé.

Un nouveau corps de professeurs

Pour le reste, pas de grande surprise. Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir accroître l’autonomie des établissements, notamment pour le recrutement des professeurs. Il a également détaillé sa façon de repenser la transition entre l’école et le collège avec la formation de professeurs de 6e et de 5e « polyvalents », capables d’enseigner plusieurs disciplines littéraires ou scientifiques. Il s’est déclaré défavorable au collège unique qui « a fait exploser les inégalités », à la suppression des notes et au redoublement. En revanche, il s’est dit favorable aux groupes de niveaux par matières.

Réforme du bac : à débattre

Sur les rythmes et la carte scolaires, Nicolas Sarkozy n’aura pas dit un mot. En revanche, il a bel et bien évoqué (furtivement) une réforme possible du bac car « il faut s’accorder sur la valeur qu’on veut lui donner » Moins d’options, une concentration autour du tronc commun, plus de contrôle continu, des notes éliminatoires dans les disciplines fondamentales sont autant de pistes dont, pour Nicolas Sarkozy, il faut débattre. A suivre…


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires