Profusion de Mooc, management de la vie des campus, master online low-cost : l'innovation made in USA

Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'innovation made in USA
L'innovation made in USA
REVUE DE PRESSE ÉTATS-UNIS. Des institutions de plus en plus variées lancent leurs Mooc, une start-up vient de lever un million de dollars pour son logiciel de gestion des événements sur les campus, et Georgia Tech pratique une politique tarifaire low-cost pour ses masters online.

De plus en plus de MOOC hors de la sphère éducative

Musées, médias, ONG, administrations... Hors du monde universitaire, de plus en plus d'institutions lancent leurs Mooc ou leurs diplômes en ligne – la plupart du temps sur des modèles payants, en capitalisant sur leur expertise et la force de leur marque.

Le "New York Times" vient ainsi de lancer une série de cours en ligne sur divers sujets (management des médias, réalité virtuelle et storytelling, etc.). Le Museum of Modern Art (New York) a créé ses cours en ligne, tout comme l'American Museum of Natural History (New York). Le magazine "The Economist" propose, quant à lui, sur une plate-forme spécifique, divers cours de business.

Citons enfin le partenariat signé entre "Wired", le magazine "tech" de référence, et l'USC (University of Southern California), afin de lancer conjointement, en 2017, un master en ligne en "design, business et technologie".

À lire dans Class Central

1 million de dollars pour Un logiciel de gestion des activités sur les campus

Séminaires, conférences, forums, événements sportifs ou associatifs... En dehors des cours, les universités américaines regorgent d'activités. Pour aider les établissements à capitaliser sur la vie de leurs campus, Check I'm Here a lancé un logiciel de suivi et de gestion des événements. Ce logiciel est désormais utilisé dans 80 universités, et la jeune start-up vient d'annoncer une première levée de fonds, à hauteur d'un million de dollars.

La plate-forme de Check I'm Here propose un système d'encadrement et de gestion des activités sur les campus : création d'invitations et d'outils de promotion des événements, vérification des identités à l'entrée, suivi de la participation en temps réel... Elle permet aussi de réaliser divers tableaux et calculs, comme le coût d'un événement rapporté au nombre de présents, ou de mettre en lumière des corrélations, par exemple entre la participation d'un étudiant à des événements et ses résultats.

À lire dans TechCrunch

Le master online low-cost : la voie de Georgia Tech

La plupart des universités prestigieuses appliquent un même tarif pour un master, qu'il soit suivi sur le campus ou online – une manière de ne pas dévaloriser la formation en ligne.

Mais Georgia Tech suit une voie différente. Depuis 2014, son master en informatique (en un an) est proposé à 7.000 dollars dans sa version en ligne, alors qu'il est facturé environ 50.000 dollars dans sa version présentielle (un prix comparable à ceux pratiqués par les établissements de même niveau que Georgia Tech).

Cette politique tarifaire à contre-courant a été étudiée par des chercheurs de Harvard, afin de savoir si ce master en ligne "low-cost" attirait un nouveau type de public. Il en ressort que oui : la plupart de ceux qui ont été admis (le master est très sélectif) ne se seraient pas engagés dans des études si le master n'avait pas été à ce prix. Ces participants sont aussi plus âgés, ils travaillent davantage à côté des études et sont plus impliqués que le public des masters à 50.000 dollars. L'étude suggère ainsi qu'il existe un "vaste marché pour des formations en ligne bon marché proposées par des institutions prestigieuses".

À lire dans le "New York Times"


Jessica Gourdon | Publié le