Rentrée 2020 : les écoles de commerce peaufinent leur stratégie de reprise des cours

Catherine Piraud-Rouet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Rentrée 2020 : les écoles de commerce peaufinent leur stratégie de reprise des cours
Trois scénarios de rentrée sont envisagées par les écoles de commerce. // ©  DEEPOL by plainpicture/suedhang
A rentrée inédite, stratégie inédite. Pour septembre 2020, les écoles de commerce sont en train de revoir l’intégralité de leurs schémas de fonctionnement. Objectif : conjuguer sécurité sanitaire et continuité pédagogique.

A quoi ressemblera la situation sanitaire et réglementaire en France à la rentrée prochaine ? Une incertitude de fond, qui oblige les écoles de commerce à poursuivre et pérenniser les adaptations mises en place pendant le confinement en matière d’enseignements à distance.

Trois scénarios de reprise des cours

Trois scénarios se détachent : un retour total à la normale, qui pourrait rimer avec reprise des cours à 100% en présentiel ; une deuxième vague (avec retour à 100% aux enseignements à distance) ; une reprise des cours en hybride, alliant enseignements en présentiel et à distance : le schéma le plus probable, privilégié par la plupart des écoles.

A l’Edhec, Rennes BS et l’Idrac, la présence physique des étudiants sur les campus devrait être réduite de moitié environ, afin d’appliquer les mesures de distanciation sociale. Chaque campus s’organisant en fonction des impératifs sanitaires locaux et de sa configuration propre.

Lire aussi : La pédagogie à distance, star du confinement

Investissements massifs

Mot d’ordre affiché ? La sérénité, sur la base d’une préparation intensive de la rentrée amorcée depuis des mois déjà. "Depuis janvier, nous avons mis en place une task force pour réfléchir aux modalités d’accueil et d’accompagnement des étudiants et des personnels, notamment si nous devions fermer un ou plusieurs de nos campus", évoque Michelle Sisto, directrice du Programme grande école et des MSc à l’Edhec.

Toutes les écoles ont investi massivement, depuis le début du confinement, sur le renforcement de leurs équipements numériques, afin d’être en mesure, dans tous les cas, d’assurer une continuité pédagogique à distance. "Nous avons réalisé en trois mois notre plan stratégique prévu sur trois ans en matière d’investissement digital, transformation pédagogique et intensification du numérique", pointe Thomas Froehlicher, directeur général de Rennes BS.

Les parties en distanciel se feront, pour certaines, de manière synchrone, avec une retransmission en "live" des cours via des outils de captation vidéo et son, et pour d’autres en différé. Cette offre se destine notamment aux nombreux étudiants internationaux, dont la date d’arrivée sur les campus demeure incertaine. "Il faut que nous fassions en sorte que tous ces jeunes puissent démarrer l’année avec nous, dans l’optique la plus inclusive possible", souligne Michelle Sisto.

Lire aussi : Les écoles de commerce envisagent une baisse de 15 à 20% du nombre d'étudiants étrangers

Etalement des rentrées

Autre levier d’adaptation : l’étalement des rentrées, de manière à pouvoir se concentrer au mieux sur chaque public. Une option qui vise, d’abord, à s’adapter aux modifications des calendriers de concours. A l’Edhec, la rentrée des étudiants de pré-master, dont, du fait des retards des concours, les résultats d’affectation ne seront connus que le 12 août, sera reportée de deux semaines.

Ensuite, à répondre aux contraintes des étudiants internationaux. A Rennes BS, les dates de rentrées sont ainsi décalées jusqu’à trois semaines pour les étudiants de PGE3, MSc et les 3es années de Bachelor international.

Lire aussi : Coronavirus : les établissements en mode gestion de crise

Vie étudiante et échanges : le pragmatisme en ligne de mire

Des négociations sont en cours également entre directions des écoles et BDE afin d’inventer de nouvelles modalités, plus agiles, en matière de vie étudiante. Une réflexion est également en cours sur la reprise des stages.

Sur les échanges internationaux, le pragmatisme et la reprise au cas par cas sont de mise. A Rennes BS, les universités partenaires ont été sollicitées, avec succès, pour accueillir davantage d’étudiants en vue de compenser ceux qui n’ont pas pu venir. Thomas Froehlicher joue l’optimisme : "Chez nous, les départs à l’étranger se font au second semestre de l’année académique : on peut donc espérer qu’en janvier ils ne seront pas trop affectés", avance-t-il.

Nouvelles opportunités pédagogiques

Ces contraintes inédites ont nécessité un travail de réingénierie lourd. Mais globalement, loin de peser outre mesure sur la rentrée, elles se sont transformées en opportunités. Les innovations pédagogiques devraient se développer, portées par les outils numériques. "Cela va ouvrir aux écoles le champ des possibles, notamment pour des publics plus éloignés, en France et à l’international, des étudiants à difficultés de déplacement, ou encore en formation continue", estime Laurent Espine, directeur d'Idrac Business School.

Le plan stratégique de l’Idrac, qui sera dévoilé en septembre, devrait ainsi prévoir la mise en place de formules d’enseignement à distance de blocs de compétences croisés, avec une douzaine d’établissements partenaires.


Catherine Piraud-Rouet | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Simon billouet.

Dernières soldes avant liquidation totale. http://geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr/2020/08/02/faut-il-supprimer-les-ecoles-de-commerce/

Thomas.

On s'achemine donc vers une majorité de cours en distanciel. Combien de temps les étudiants accepteront-ils de payers 35 000 euros de frais de scolarité pour travailler depuis chez eux?

Frida.

Tant qu'il y aura des fils et des filles à papa. J'ai bon ?