En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Innovation

Educapital, le nouveau fonds d’investissement français dédié aux EdTech

Céline Authemayou  |  Publié le

0

Educapital, le nouveau fonds d’investissement français dédié aux EdTech
Educapital entend financer 4 à 5 start-up par an. // © plainpicture/Westend61/Kniel Synnatzschke

Annoncé depuis plusieurs mois, le fonds d’investissement Educapital est sorti de sa phase silencieuse le 6  octobre 2017. Porté par l’entrepreneuse du web Marie-Christine Levet, il entend financer une quinzaine de start-up européennes et israéliennes. 45 millions d’euros ont déjà été réunis.

Le microcosme attendait son lancement avec impatience. Régulièrement invitée à s'exprimer au sein de la communauté française des EdTech, Marie-Christine Levet, à la tête du projet, ne s'en cachait pas : elle travaillait à la création d'un fond d'investissement dédié à l'éducation.

La naissance d'Educapital est désormais officielle. Après avoir réalisé un premier closing – versement des fonds de la part des partenaires — de 45 millions d'euros, la structure peut désormais se concentrer sur le financement de start-up. Son ambition : accompagner, dans un premier temps, une quinzaine de sociétés, majoritairement françaises et, plus largement, des structures européennes et israéliennes.

"Depuis 2015, aux États-Unis, les investissements dans le secteur de l'éducation ont représenté 7 milliards de dollars, précise la fondatrice de Lycos et l'ex-PDG de Club Internet. Ce modèle de financement a permis à des sociétés de grossir, parmi lesquelles des piliers, à l'image de Coursera. Notre objectif est de favoriser le développement de jeunes sociétés innovantes."

de xavier niel à la famille leclercq

Pour réunir 45 millions d'euros, Educapital a tissé son réseau tant dans le secteur public que dans le privé. BpiFrance, qui investit sur fonds propres et également pour le compte du Programme d'investissements d'avenir, Hachette livres, Bayard, ou encore le groupe Econocom, comptent parmi ses soutiens. Des entrepreneurs du web, parmi lesquels Xaviel Niel, mais aussi des grandes familles, à l'image des Leclercq (Decathlon) via leur structure d'investissement dédiée à l'éducation, complètent le cercle. 

À terme, Marie-Christine Levet entend attirer les acteurs institutionnels (banques, assurances) et se donne encore dix-huit mois pour atteindre, voire dépasser les 50 millions d'euros.

Premiers financements avant fin 2017

De l'école maternelle à la formation tout au long de la vie en passant par l'orientation, Educapital entend couvrir tout le spectre de l'éducation, suivant les stratégies des autres investisseurs du secteurs. "La société se transforme, les compétences dont on a besoin deviennent rapidement obsolètes. Il faut absolument favoriser l'employabilité des personnes. Tous les segments de l'éducation sont donc concernés", assure la présidente d'Educapital.

Les start-up qui seront soutenues par le fonds – les premières annonces sont attendues pour la fin de l'année – devront apporter une preuve de leur concept et proposer un produit ou un service réplicable. Quant aux nouvelles technologies utilisées par les jeunes pousses, Marie-Christine Levet ne cache pas son intérêt pour l'intelligence artificielle, l'adaptive learning ou encore le traitement des données. Trois domaines qui ont le vent en poupe dans le secteur des EdTech.

Céline Authemayou  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :