On en parleCoupes budgétaires à l'université : les étudiants de Clermont montent au front
Actu | Politique

Loi ESR : 11 présidents d'université dénoncent un texte "en deçà des attentes"

Camille Stromboni  |  Publié le

1 commentaire

Dans une lettre ouverte à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et aux élus, 11 présidents d'université dénoncent une loi "en deça des attentes de la communauté", avec en grande absente : la question des moyens des établissements.

"Sur le fond, malgré des avancées significatives [...], l'avant-projet de loi [sur l'enseignement supérieur et la recherche] apparaît dans sa globalité, au regard des enjeux, très en-deça des attentes de la communauté", écrivent 11 présidents d'université dans une lettre ouverte rendue publique par l'AEF, le 28 février 2013.

La question des moyens, absente de la loi

"Je suis vraiment déçu, par rapport à l'attente née des Assises, que l'avant-projet soit silencieux sur un problème grave, constituant la difficulté essentielle des universités depuis le passage aux RCE [Responsabilités et compétences élargies] : les moyens", déplore Philippe Boutry, président de l'université Paris 1, qui a signé le texte.

Les signataires - dont 9 signaient déjà une lettre à l'hiver dernier s'alarmant de la dégradation de leur budget - demandent que la "sécurisation de la masse salariale" et le "transfert intégral de l'ensemble des moyens correspondant aux charges qui leur incombent", soient inscrits dans la loi.

Ils s'inquiètent d'autres "silences" de la loi : "les régions oubliées des investissements d'avenir et en voie de désertification scientifique",  le secteur des SHS (sciences humaines et sociales) en difficulté, ou le modèle "rigide" et "contraignant" des communautés scientifiques.

Des présidents en désaccord avec la position officielle de la CPU (conférence des présidents d'université) qui a voté quelques jours plus tôt en faveur du texte ? Jean Peeters, président de l'UBS (Bretagne Sud) et l'un des signataires du texte, assure que non : "La CPU a obtenu des avancées, elle a donc bien fait de voter favorablement au texte. Mais elle l'a fait avec des réserves. Nous allons dans le même sens avec cette lettre. Il s'agit d'un devoir d'alerte."

Lire la lettre des 11 présidents d'université (pdf)

La liste des présidents d'université signataires :
- Mohamed Amara (Pau et Pays de l'Adour)
- Fabienne Blaise (Lille 3)
- Philippe Boutry (Paris 1)
- Lise Dumasy (Grenoble 3)
- Rachid El Guerjouma (Maine)
- Anne Fraïsse (Montpellier 3)
- Jean-Michel Minovez (Toulouse 2)
- Jean Peeters (université Bretagne Sud)
- Pascal Reghem (Le Havre)
- Jean-Paul Saint André (Angers)
- Danielle Tartakowsky (Paris 8)
Lire aussi
Sur le blog de Pierre Dubois : Loi Fioraso : la grogne monte

Camille Stromboni  |  Publié le

1 commentaire

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :