Newsletter

Écoles de commerce : la carte du mercato des directeurs

Cécile Peltier, Céline Authemayou
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
Écoles de commerce : la carte du mercato des directeurs
Une douzaine d'écoles de commerce ont changé de tête depuis le début de l'année. // ©  C. Authemayou
INFOGRAPHIE. Le monde des business schools françaises connaît depuis plusieurs mois d'importants transferts. Le départ de plusieurs grandes figures du secteur a entraîné un véritable mercato. Si les têtes changent, les recrutements s'opèrent toujours au sein même des business schools.

Le mercato 2017 restera dans les annales. Depuis le début de l'année, pas moins d'une dizaine de business schools françaises, dont deux du top 5, ont connu un changement de direction générale.

Le plus médiatique d'entre eux est sans aucun doute celui intervenu à l'Essec : le 17 mai, Jean-Michel Blanquer, qui dirigeait l'école depuis juillet 2013, quittait l'établissement pour entrer au gouvernement comme ministre de l'Éducation nationale. Un mois et demi plus tard, c'est le plus ancien directeur de business school d'Europe encore en activité qui tirait sa révérence : l'inoxydable Olivier Oger. Aux manettes de l'Edhec depuis 1988, ce dernier a passé les rênes, le 1er juillet, à l'un de ses proches lieutenants, Emmanuel Métais.

Autre figure du milieu, Daniel Peyron, capitaine du groupe Sup de co La Rochelle, a choisi de quitter la barre, donnant lieu à un nouveau jeu de chaises musicales. Bruno Neil, recruté pour lui succéder le 1er octobre, laisse en effet l'ISC, déjà fragilisée, sans pilote.

Qui dirigera l'Essec ?

Kedge et Neoma ont également tourné une page, avec le départ des deux grands maîtres d'œuvre de leurs fusions respectives. Après quatre ans à la tête de Neoma, le Belge Frank Bostyn a cédé sa place à Delphine Manceauune des rares femmes de ce mercato – éphémère directrice de l'EBS (groupe Inseec) après des débuts à l'Edhec.

À Kedge, après trois années exténuantes passées entre Bordeaux et Marseille, Thomas Froehlicher assure avoir décidé de prendre du recul. Son adjoint, José Milano, un des artisans du nouveau plan stratégique, lui a succédé au milieu de l'été.

Mais le mercato n'est pas encore achevé. Rennes School of Business se cherche encore un nouveau patron, après le départ d'Olivier Aptel, parti vivre de nouvelles professionnelles aventures à Rabat, au Maroc, après une décennie à la direction de l'école. On devrait également connaître dans les prochaines semaines le nom du nouveau directeur général de l'Essec.

Cliquer sur le nom des personnes pour accéder à leur biographie EducPros.
Pour les écoles multicampus, le siège social de l'établissement a été privilégié pour l'emplacement sur la carte.


Cécile Peltier, Céline Authemayou | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires