Newsletter

Deux écoles d’ingénieurs s'exportent à Strasbourg

De notre correspondant, Philippe Bohlinger
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Le pacte régional sur les formations d’ingénieurs initié par la Région Alsace s’est récemment concrétisé par l’implantation de deux nouvelles écoles dans l’agglomération de Strasbourg : l’ENSIIE (Ecole nationale supérieure d’informatique pour industrie et l’entreprise) implantée à Evry et l’ECAM (Ecole catholique d’arts et métiers) présente à Rennes, Lyon et Cergy. Sur les 120 millions d’euros du pacte régional 2009-2020, une enveloppe de 30 millions a été allouée à la construction des locaux de l’ENSIIE et de l’ECAM.

 « Le groupe ECAM envisageait une extension à l’international ou une ouverture sur de nouvelles compétences comme le management au moment où l’appel de la région Alsace a retenu notre attention», se remémore Sonia Wanner, directrice du projet ECAM-Strasbourg-Europe. L’ECAM accueillera 20 élèves-ingénieurs à Strasbourg à la rentrée 2011. Ils seront hébergés par deux lycées d’ici à 2012, date de livraison des nouveaux locaux. D’ores et déjà, une convention a été signée avec le lycée Saint Augustin de Bitche (Bas-Rhin) pour préparer des élèves au concours.

Une convention avec l'Université de Strasbourg

De son côté, l’ENSIIE Strasbourg a accueilli neuf premiers élèves-ingénieurs en 2009-2010. Ils seront une vingtaine en septembre : « A terme, nous serons dimensionnés pour 120 à 150 nouveaux élèves par an. Outre la démarche de la Région Alsace, le second déclencheur a été la qualité de la rencontre entre l’ENSIIE et l’Université de Strasbourg », pointe Pierre Tellier, directeur de l’ENSIIE Strasbourg. Une convention a été signée avec l’UdS pour mutualiser les moyens dans l’enseignement et la recherche. Hébergée par l’UFR de mathématique-informatique, l’ENSIIE rejoindra ses nouveaux locaux en 2013.

L'appui du Syntec-informatique Est

Son implantation répond aux besoins du secteur : « Les emplois ont été multipliés par 2,5 entre 2000 et 2008 en Alsace. Malheureusement ce créneau reste occupé par des écoles qui forment en volume, pas nécessairement en qualité », pointe Laurent Fèvre, délégué du Syntec-informatique Est , la chambre professionnelle du secteur informatique. Autre atout de ces implantations : le développement l’innovation. « Suivre une formation en Alsace a un impact sur la fertilisation croisée entre le monde de l’entreprise et le monde des écoles », analyse Pierre de Saint Chamas, directeur adjoint du Service innovation, recherche et enseignement supérieur à la Région.


De notre correspondant, Philippe Bohlinger | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires