Égalité des chances : seul un étudiant sur dix est enfant d'ouvrier

Catherine de Coppet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Égalité des chances : seul un étudiant sur dix est enfant d'ouvrier
Les enfants d'ouvriers sont trois fois moins nombreux que les enfants de cadres dans l'enseignement supérieur. // ©  Nicolas Tavernier/REA
Si le nombre de diplômés de l'enseignement supérieur a augmenté, le nombre d'enfants d’ouvriers reste sous-représenté par rapport à son poids dans la population des 18-23 ans. Une des données à retenir du dernier rapport de l'Observatoire des inégalités, publié le 30 mai 2017.

L'accès à l'enseignement supérieur reste inégalitaire en fonction de la catégorie socio-professionnelle d'origine : c'est ce qui ressort du dernier rapport sur les inégalités, publié ce mardi 30 mai 2017 par l'Observatoire des inégalités, organisme associatif indépendant s'appuyant sur un comité scientifique, fondé en 2003.

Représentant presque 30 % des jeunes de 18 à 23 ans, les enfants d'ouvriers ne constituent que 11 % des effectifs étudiants en 2014-2015, pointe ce rapport sous la direction d'Anne Brunner et Louis Maurin. Ceux qui accèdent à l'enseignement supérieur sont surreprésentés dans les STS, et sous-représentés dans les autres filières.

Les filières d'excellence toujours aussi peu accessibles

Cette inégalité est particulièrement flagrante dans les  filières sélectives : classes préparatoires, écoles d'ingénieurs, écoles de commerce. "La part, dans les classes préparatoires aux grandes écoles, des enfants d'ouvriers et d'employés, qui représentent 40 % des jeunes, n'a pas changé depuis la fin des années 1990", pointe le rapport.

Une situation à mettre en regard des différentes opérations d'ouverture sociale menées par les établissements ou les pouvoirs publics, comme les Cordées de la réussite ou les dispositifs "Égalité des chances". Ces programmes n'ont eu "aucun impact au niveau global et servent surtout d'outils de communication", répondent les auteurs. Certaines écoles "mettent l'accent sur l'augmentation de la part d'élèves boursiers, mais une partie de ces boursiers appartiennent aux classes moyennes et disposent de bourses de très faible niveau".

La part, dans les classes préparatoires aux grandes écoles, des enfants d'ouvriers et d'employés, qui représentent 40 % des jeunes, n'a pas changé depuis la fin des années 1990.

Un accès aux études plus important, mais inégalitaire

L'inégalité entre enfants d'ouvriers et enfants de cadres concerne également l'université. Ici, les enfants d'ouvriers se raréfient au fur et à mesure de l'avancée dans le cursus, réprésentant 7,8 % des étudiants en master, contre 33,5 % pour les enfants de cadres ou de professions libérales.

Des chiffres à analyser sur fond d'augmentation des effectifs étudiants et du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur dans la population. "Près de la moitié des enfants d'ouvriers et d'employés âgés de 20 à 24 ans sont diplômés ou étudient dans l'enseignement supérieur, alors qu'un cinquième seulement de leurs aînés (45-49 ans) ont obtenu un diplôme de ce niveau. Les choses ont bien changé en une génération si on raisonne sur les chiffres bruts", écrivent les auteurs.

"Pour autant, le phénomène a aussi bénéficié aux enfants de cadres. Au fil du temps, l'écart entre les deux catégories s'est réduit, mais de façon assez modeste. [...] Au vu de la part des enfants d'ouvriers dans les cursus les plus sélectifs, il est peu probable que l'on observe une forme de démocratisation dans les filières les plus valorisées", poursuivent-ils.

Relativiser l'enquête Pisa

Autre enseignement du rapport : la comparaison internationale des systèmes éducatifs. Les auteurs nuancent les résultats de l'enquête Pisa, menée par l'OCDE auprès des jeunes de 15 ans, souvent utilisée pour dire que la France serait la championne des inégalités. Le rapport critique d'abord la méthode utilisée par l'enquête Pisa: "On mesure des compétences très spécifiques et non l'ensemble du niveau scolaire, alors que chaque pays n'a pas les mêmes programmes."

Ensuite, s'appuyant sur les données d'Eurostat, les auteurs pointent le fait que la France, par rapport à ses voisins européens, n'est pas la plus mauvaise élève, à différents égards : elle est en effet l'un des pays qui comptent le plus de diplômés de l'enseignement supérieur "au sein des générations récentes", devant l'Espagne et l'Allemagne ; et l'un des pays qui "comptent le moins de sortants précoces du système scolaire", là encore devant l'Allemagne.

La France est l'un des pays qui comptent le plus de diplômés de l'enseignement supérieur au sein des générations récentes.

Moins de reproduction sociale en France qu'en Allemagne

En matière d'ascenseur social également, la France n'apparaît pas mal située non plus par rapport aux autres pays européens : 22 % des enfants de parents peu diplômés (niveau troisième au maximum) sortent du système scolaire aussi peu diplômés que leurs parents, contre 36 % en Allemagne ou encore 50 % en Espagne et en Italie. "Seul le Royaume-Uni fait mieux avec 16 %", écrivent les auteurs.

Si, selon les auteurs, on ne peut pas dire que "l'école augmente les inégalités", on ne peut pas affirmer pour autant que le système éducatif joue pleinement son rôle de réduction des inégalités sociales. "La situation n'est pas bonne", estiment-ils. Parmi les facteurs qui expliquent cette situation, le rapport cite notamment l'apprentissage précoce de la lecture "à un moment où les inégalités dans la maîtrise du vocabulaire sont grandes", la "valorisation de la culture académique et d'un savoir mathématique théorique"... et les "évaluations à répétition".


Catherine de Coppet | Publié le

Vos commentaires (7)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
deleilah.

En France, on parle (voire on se gargarise) de l'égalité des chances, mais le triste constat c est plus la Déchéance de l'égalité. Il y a deux France La France d'en Haut, Cette France, au dessus du plafond de verre Ce verre à moitié vide de sens, trop plein d'indécence Cette France qui trop souvent marche au dessus des lois, Cette France qui trop souvent donne des Hauts le coeur à la sous-France. Pour REUSSIR dans cette France là, inutile de traverser la rue ( sauf si c'est rue de Varenne) pour obtenir un bon boulot...Ce qui importe c'est avec QUI vous étudiez. Un pont d'or pour les cadors...Le secret de polichinelle d'une censure sociale! Promotion Voltaire ou Promotion Galère... Un bon pedigree est un bon d'entrée, pas besoin de CV, pour les autres, il faudra plus qu'étudier....pour briller en société. RUSER & RESEAUTER, c'est le succès assuré. Texte en vidéo https://www.youtube.com/watch?v=PIxr5xbAW5c Apprenez leurs codes de DéHONTologie... Nuire avec le sourire...diplomatique, en toute impunité. Le choix est un luxe....de "classes" ou de castes. Ils ont le pouvoir et l'argent... Réussir ça rime à quoi pour VOUS? Les rimes riches, ou rimes pauvres de nous.... Il a peu, Sieur Président conseillait à un jeune de traverser la rue pour trouver un boulot… Pensait-il à la rue… de Varenne ou à une autre située dans les beaux quartiers parisiens ? Monsieur Le Président, pour beaucoup de vos citoyens, c’est souvent la traversée du désert… pour trouver un boulot !

deleilah.

Je constate que le monde ne change pas beaucoup J'ai étudié et je devais cacher " mon manque d'argent" en tout cas ne pas me plaindre…. Parfois je ne mangeais pas, je Marchais 40 min par -15C pour aller à la fac Ventre vide toute la journée… Un jour j'ai avoué que je ne pouvais me payer un repas..parce que je n'avais pas reçu ma bourse...Les autres étudiants ont commencé à me critiquer "comment ça avec TES BOURSES..?...Mais je n 'en ai qu'une et ne la reçois que le 19 dec…(années 90!)..J'ai dû prouver que je n'allais pas en vacances avec...Les cons!!...tu as faim et pas un brin d'empathie de la jalousie car je suis "boursière"..pour eux c'est rentière, et surtout Avec mes origines...j'ai plusieurs bourses, je fraude le système`!! mon père doit être un Profiteur etc... super...ils vous coupent l'appétit!! J'ai bossé dans un supermarché, les fils cadres en ont rigolé c 'est dire que j 'étais entouré de cons qui se prennent pour l'élite de la Société... Ils ne nbossent ils ont besoin de vacances..ils visitent le monde s'ouvrent à löa culture enfin...quand même!! Avec peu d'enfants d'ouvriers expliquez moi pourquoi j'ai dû me battre pour obtenir une place en cité U...?? La directrice ne voulait pas d'étrangers!! I am French...oupss... Et aussi...on refuse de me donner un dossier pour une bourse de thèse...c'est réservé aux français…de souche?? Cétait dur...je suis docteur en sciences ( pas avocat ni chirurgien ou CEO de boite..)... je bosse mais pas en France...mon CV ne passe pas… Avant on devait cacher son manque d'argent, ses difficultés aujourd hui on peut en parler….On peut aussi dénoncer les actes racistes mais cela ne mène à rien… Avec le recul je me dis qu'il y 25 ans...J'ai eu de la "chance" J'ai témoignö sur une radio en 94/95. le directeur du CROUS avait du mal à me croire...on ne peut étudier dans de telles conditions...si...mais ma santé en a pris un coup...

Garbaye.

Bonjour. Je ne saurais participer au débat sur un plan scientifique. Toutefois je suis concernée sur le plan personnel ayant un parcours universitaire très laborieux . Probleme financier+++. Situation familiale decomposee. Rupture familiale. Milieu ouvrier et j ai finalement obtenu deux master deux a force d endurance et de détermination. . À mon époque. J avais noté que 3 % des enfants d ouvriers accedaient à la fin du 3 cycle. Je voudrais tellement que la situation ne se dégrade pas encore. Car aboutir dans ses études procurent tellement de satisfaction. Tout le monde devrait pouvoir y accéder s il le souhaite.

John Smith.

Ou bien l'analyse n'est pas complète.... dans la société actuelle, qu'elle est la part des ouvriers par rapport aux autres professions?

CHM.

Article intéressant, mais qui nécessite, comme de nombreuses enquêtes de "synthèse", d'être interprété avec un peu de prudence. Une cordée de la réussite agit sur un territoire, un public particulier, avec des actions spécifiques. Généraliser une mesure de l'impact peut être extrêmement compliqué. Et travailler pour l'égalité des chances ne doit pas se "réduire" à mesurer un impact sur les poursuites d'études et la réussite des élèves à cour terme, mais il doit, à mon avis, prendre en compte aussi la transformation des postures de tous les acteurs de l'égalité des chances: enseignants, membres des associations, .... à vous de vous faire une opinion: https://theconversation.com/les-cordees-de-la-reussite-une-ouverture-du-secondaire-sur-le-superieur-et-reciproquement-75377

Voir plus de commentaires