Fouziya Bouzerda, la nouvelle DG de GEM, doit en priorité régler la question du déficit

Sarah Nafti
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Fouziya Bouzerda, la nouvelle DG de GEM, doit en priorité régler la question du déficit
Pierre Streiff, président de la CCI de Grenoble et de GEM et Fouziya Bouzerda, directrice générale de GEM depuis le 1er septembre. // ©  Sarah Nafti
Après une période agitée qui a vu le départ des deux dirigeants historiques - Loïck Roche et Jean-François Fiorina -, Grenoble école de management souhaite tourner la page. La nouvelle directrice générale, Fouziya Bouzerda, devra prendre en main plusieurs dossiers sensibles dont le retour à l'équilibre financier, mais aussi celui de l'attractivité de l'école dans un contexte de concurrence accrue.

Serait-ce la fin d’une période agitée pour Grenoble école de management ? Après le départ de son directeur historique, Loïck Roche, et de son directeur adjoint, Jean-François Fiorina, cet été, GEM connaît une période de bouleversement. L'arrivée de Fouziya Bouzerda à la direction générale début septembre, doit signer un tournant pour l'école.

La nouvelle directrice devra d'abord faire face au déficit que connaît Grenoble EM pour un retour à l'équilibre fin 2024. Mais elle doit en parallèle travailler sur l'attractivité de l'école, qui est en perte de vitesse, et l'accompagner dans sa transition dans la continuité des orientations fixées pour 2025.

Rentrée 2022 : du mouvement à la direction de cinq écoles de commerce

Accompagner l'école grenobloise dans sa transition

Fouziya Bouzerda ne devrait pas, dans un premier temps, modifier les grandes orientations de l’école prévues dans le plan stratégique GEM 2025 déployé depuis 2021, mais plutôt "accompagner l’école dans sa transition, en matière de méthodes pédagogiques, d’organisation, de partenariat, d’internationalisation".

Elle rappelle que les étudiants sont "ceux qui relèveront les défis de transition des entreprises", et que cela implique de les former aux enjeux de demain. "GEM est en phase avec les valeurs que je porte, celles d’égalité, d’éducation pour tous, de transition écologique… j’ai beaucoup d’espoir en cette nouvelle génération très sensibilisée aux questions d’égalité."

GEM est en phase avec les valeurs que je porte, celles d’égalité, d’éducation pour tous, de transition écologique… (F. Bouzerda)

L’école doit leur permettre "de porter une capacité de changement", dans un monde qui impliquera de s’adapter constamment aux évolutions.

Grenoble EM : un nouveau campus à Pantin en septembre 2023 conçu en mode "liquide"

Régler la question du déficit pour un retour à l'équilibre fin 2024

La nouvelle directrice générale insiste sur l’importance "de donner les moyens à l’école d’être à la hauteur de ses ambitions", ce qui implique, dans sa feuille de route, de régler la question du déficit, pour viser un retour à l’équilibre "fin 2024 ou en 2025".

Elle souligne que si l'école grenobloise est dotée d’un nombre important d’enseignants-chercheurs pour une école de cette taille – une équipe implantée depuis longtemps – "ce choix ne sera pas remis en cause" dans le plan de retour à l'équilibre.

Il n’y a pas de plan social programmé. (F. Bouzerda)

Cependant, la réorganisation impliquera tout le personnel, même si Fouziya Bouzerda assure "qu’il n’y a pas de plan social programmé". Les fonctions supports devraient même être renforcées.

GEM : être une école innovante sur les questions des transitions

Retrouver l'attractivité de la business school, malgré "l'un des plus petits budgets"

Parmi ses priorités, il y a la mise en place du campus virtuel, qui offrira différents espaces et modalités d’apprentissage, et l’accompagnement du nouveau statut de société à mission, crée par la loi Pacte en février 2021.

L'autre chantier concerne l'attractivité de l'école. En effet, Grenoble EM a perdu une place au classement Sigem, en passant à la 9e place, derrière Neoma. Pour Fouziya Bouzerda, c’est "un enjeu fort" d’attractivité "même si on ne construit pas une école autour des classements".

Elle remarque tout de même que "GEM a l’un des plus petits budgets pour ce niveau d’excellence", et que la question de moyens est importante pour investir. "Beaucoup d’écoles se sont regroupées" ces dernières années, souligne la nouvelle DG, rendant la concurrence plus importante. Mais sur ce sujet, la question d'un rapprochement avec d'autres écoles de management – comme l'emlyon et l'ESC Clermont BS, projet évoqué il y a quelques années – "n'est plus à l’ordre du jour", note Pierre Streiff.

Fouziya Bouzerda souhaite que GEM poursuive son ancrage économique avec les nombreuses entreprises innovantes implantée sur son bassin d’influence, tout en développant son internationalisation, l’une des autres priorités de son plan stratégique.

L’an prochain, GEM devrait inaugurer son nouveau campus de Pantin, éco-construit, qui sera sa vitrine en matière de transition écologique.

Le parcours de Fouziya Bouzerda marqué par un militantisme en faveur de l'égalité des droits
C’est en travaillant avec un cabinet de recrutement extérieur que la CCI a sollicité Fouziya Bouzerda. Cette avocate lyonnaise, spécialisée dans le droit des affaires publiques et privées et l’accompagnement stratégique des entreprises, n’a pas d’expérience dans le secteur de l’enseignement supérieur. Elle a cependant co-fondé la Chaire de transition des métropoles et territoires ruraux avec le président de l’université Lyon 1 et des acteurs privés et institutionnels pour répondre aux enjeux environnementaux, énergétiques et sociaux.

Son parcours est marqué par son militantisme en faveur de l’égalité des droits, elle fait notamment partie de Think tanks qui agissent en faveur de la diversité. L’arrivée d’une personnalité extérieure au parcours polyvalent est un choix "pertinent" pour accompagner le changement, selon le mot de la nouvelle directrice.


Sarah Nafti | Publié le