Newsletter

L'Ipag décroche avec Epas sa première accréditation internationale

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Ipag
Epas est donc la première accréditation internationale de l'Ipag. // ©  IPAG
L’école de commerce postbac a décroché le 20 février 2018 le label Epas pour son programme grande école. C'est la première accréditation internationale pour l'établissement.

Pour pénétrer le cercle des business schools françaises accréditées à l'international, l'Ipag avait choisi de miser sur Epas. Le 20 février 2018, l'EFMD (European Foundation for Management Development) a délivré son label au programme grande école de l'établissement postbac, pour une durée de trois ans. Situé à Paris et à Nice, ce programme concentre 60 % des effectifs du groupe, précise l'Ipag.

Souvent considérée comme la petite sœur d’Equis en moins sélective, l'accréditation Epas évalue la qualité et la cohérence d’un programme (académique, pédagogique, professionnelle, etc.) et non celle d’une institution dans son ensemble. Une quinzaine de formations en France sont concernées.

Pour l'Ipag, cette accréditation est le résultat de dix-huit mois de travail. Après l’élaboration d’un dossier d’éligibilité, puis une auto-évaluation, l’école a reçu en novembre 2017 la visite d’une équipe d'auditeurs composée de quatre doyens étrangers pour un audit.

Parmi les “points forts” de l'école, la commission a salué “ses liens avec les entreprises, les 34 mois d’expérience professionnelle offerts par le programme ainsi que l’accompagnement en matière de carrière et de développement personnel proposé à chaque étudiant”, affirme l’école par voie de communiqué.

L'Ipag vise AACSB

Epas est donc la première accréditation internationale de l'Ipag. Un passage obligé, semble-t-il, pour toute business school qui souhaite peser sur la scène internationale : sur les 38 grandes écoles de management hexagonales de notre palmarès publié en novembre 2017, 9 seulement n'affichaient aucun label international (Equis, AACSB, Epas ou AMBA).

Cette “distinction reconnue au niveau mondial va booster l’école dans les classements, l’aider à signer des partenariats avec des écoles de qualité, et la rendre plus attractive tout court”, espère Jamie Smith, directeur délégué aux accréditations de l'Ipag.

Prochaine étape : AACSB. Éligible depuis avril 2017, l'école s'attend encore à "trois ou quatre ans de travail" avant de pouvoir espérer décrocher ce label.


Cécile Peltier | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Marilou.

L'IPAG a toujours obtenu des résultats excellents en recherche avec des méthodes pas trop honnêtes. il faut arrêter; le monde académique en France est au courant et il demande des sanctionnes pour ces qui ont mal opéré; maintenant l'ipag communique sur des fausses chaires

Marilou.

L'IPAG a toujours obtenu des résultats "excellents" en recherche en faisant de "l'excellente" tricherie. Le monde académique en France est bien au courant et il ne supporte plus; des sanctionnes sont demandées; les journalistes devront être plus attentifs au contenu delivré.

Fred.

L'IPAG devrait arrêter avec l'achat d'articles académiques; de plus,nous avons bien compris la stratégie d'achat d’espaces publicitaires, la communication sur des fausses chaires et des professeurs stars qui sont des stars seulement sur papier.

Moi.

Est-ce que cette accréditation signifie que l'IPAG a revu sa politique en matière de recherche (publi à la chaine, nombreux coauteurs par papiers...) pour revenir à une politique plus "normale" en la matière ?