Newsletter

Succession Descoings à Sciences po : les candidatures à nouveau ouvertes

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po PARIS - Fronton - ©C.Stromboni
Sciences po PARIS - Fronton - ©C.Stromboni

C'est reparti. Les conseils dirigeants de Sciences po ont déterminé, début janvier 2013, la composition du comité qui va instruire les candidatures au poste de successeur de Richard Descoings à la tête de l'IEP. Objectif : désigner un nouveau directeur d'ici mars 2013.

Un "comité de recherche" avec dix personnalités. Le conseil de direction de l'IEP et le conseil d'administration de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques), réunis chacun dans la première semaine de janvier 2013, ont choisi les membres du comité en charge d'instruire les candidatures à la direction de l'IEP, lançant ainsi la nouvelle procédure de recrutement.

Quatre membres de ce search committee sont issus du conseil de direction :
- Agueda Perez (représentant les salariés)
- Etienne Wasmer (représentant les professeurs d'université)
- Raphaelle Rémy-Leleu (représentant les étudiants)
- François Heilbronn (représentant les maîtres de conférences et les anciens élèves)

Quatre membres sont issus du conseil d'administration :
- Hélène Gisserot (procureure générale honoraire près la Cour des comptes - collège des fondateurs)
- Michel Pébereau (président d’honneur de BNP Paribas - collège des fondateurs)
- Marion Guillou (directrice de l'INRA, présidente du conseil d'administration de l'école polytechnique)
- Olivier Duhamel (professeur des universités émérite)

Et deux personnalités internationales, sélectionnées par le conseil d'administration :
- Gesine Schwam (présidente de la Humboldt-Viadrina school of governance de Berlin)
- Yves Mény (ancien président de l’Institut universitaire européen de Florence, professeur émérite des universités)

Jean-Claude Casanova et Michel Pébereau toujours dans le jeu

A la tête du comité est placé le président de la FNSP, Jean-Claude Casanova, et Jean Gaeremynck, administrateur provisoire de l'IEP, en est le rapporteur. Ces derniers n'ont pas de voix délibérative.

Les deux dirigeants de l'IEP, Michel Pébereau et Jean-Claude Casanova, conservent ainsi une place importante dans le processus de sélection, bien que Michel Pébereau devrait quitter la tête du conseil de direction en février, après les élections de renouvellement de l'instance. Une partie des personnels avait pourtant demandé leur démission à plusieurs reprises cet automne.

Outre les deux hommes, deux membres de ce comité étaient déjà présents au sein des deux comités de sélection mis en place lors de la première procédure de recrutement avortée : Hélène Gisserot et Olivier Duhamel.

Si le fonctionnement du comité n'est pas précisé (Fera-t-il des auditions ? De tous les candidats ? Comment choisira-t-il ses favoris ?), il est certain qu'il proposera au moins deux candidats aux conseils dirigeants.

Trouver un directeur d'ici mars 2013

Les candidatures sont ainsi ré-ouvertes, avec une date limite pour adresser son dossier à Jean-Claude Casanova fixée le 31 janvier 2013. Un CV ainsi qu'une note présentant sa motivation et son projet pour Sciences po sont demandés. L'objectif : désigner un directeur d'ici mars 2013.

Le profil recherché reste très similaire à celui du premier appel à candidatures (connaissance de Sciences po et du monde universitaire, capacité de management, intérêt pour les disciplines enseignées à l'IEP). Pour l'Institut, "l'appel à candidature est largement ouvert".

L'Unef dénonce la composition du comité

"Ce comité n'est pas représentatif de Sciences po et de sa communauté, réagit Arnaud Bontemps, vice-président étudiant au conseil de direction, élu Unef. Nous sommes très déçus et regrettons que plus de la moitié du comité de recherche ne soit pas des élus de l'IEP au sens strict, mais des personnalités extérieures à l'institut [membres de droit du conseil d'administration notamment]".

L'étudiant est tout de même satisfait de l'assurance de voir deux noms au moins proposés in fine aux conseils.

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Sirius.

Les quatre membres issus du Conseil d'administration ont toujours été des soutiens sans faille de Richard Descoings et des partisans de la candidature de Hervé Crès. Yves Mény est un professeur de Science Politique français ayant connu une carrière internationale. Mais c'est un professeur français qui a été longtemps professeur à ScPo sous Descoings. Comme "personnalité internationale" dont on attend une attitude indépendante, on fait mieux.