Enseignement à distance : des diplômes en ligne de plus en plus demandés à Toulouse 1

Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Ce mercredi après-midi 16 juin 2009, deux étudiants Nadine Angèle Nguimdo Voufo et Yue Bao sont connectés à la plateforme de formation à distance de l’université de Toulouse 1 . Ce sont deux des quelque 500 inscrits au service de formation ouverte et à distance (FOAD). Ouvert en 2005 pour répondre à la demande d’un étudiant handicapé, ce service n’est devenu un service commun de l’université que depuis cette année, après un développement exponentiel.

+40 % d’inscrits en licence

L’offre de formations s’étend désormais du L3 au M2. La troisième année de licence en droit rassemble le plus d’étudiants avec 300 inscrits. Des chiffres à faire pâlir d’envie les responsables de filières en présentiel puisque les effectifs ont augmenté cette année de 40 %.

A la rentrée 2009, le choix s’étoffe largement. Un M1 statistiques et économétrie s’ajoutera aux quatre masters de droit déjà dispensés et trois nouveaux M2 (ressources humaines, juristes d’entreprise, droit public) rejoindront les trois existant dans les domaines de l’économie et du droit. Du côté des DU (diplômes d’université), aux quatre formations proposées viennent s’y adjoindre trois nouvelles (transmission des entreprises, droit des entreprises en difficultés et statistique appliquée).

Des étudiants en formation initiale aussi

« Nous avons beaucoup de demandes de personnes en emploi ou en reprise d’études. Depuis 2006, nous avons aussi beaucoup d’étudiants qui habitent loin et préfèrent payer 2000 euros et rester chez leurs parents ou des étudiants qui ne sont pas satisfaits des cours en présentiel », explique la fondatrice du service, Christine Bocognani.

Les inscrits en formation continue (payée par l’entreprise) représentent moins de 10 % des inscrits. Singapour, Chicago, Danemark, Vietnam, Afrique, Guyane, Martinique… la plateforme numérique de formation à distance attire aussi des étudiants étrangers ou d’outre-mer.

Accompagnement en petits groupes

Le service a pu recruter huit personnes dont six tuteurs et deux informaticiens, le tout sur ressources propres. Les coûts de formation sont de 2000 euros pour la licence et le M1 et de 5000 euros pour les M2, auxquels s’ajoutent les frais d’inscription. Formation et évaluation se font en ligne sur la plateforme Moodle.

« Sur chaque matière, un professeur et un tuteur vérifient le suivi des cours et contrôlent en posant des questions sur chaque leçon. Celles-ci peuvent donner droit à un bonus, sans forcément être notées. Sur chaque matière, nous limitons le nombre d’étudiants à 30-32 en M2 et à moins d’une quarantaine en M1 », souligne Christine Bocognani.

Taux de réussite record

La formation est la même à distance et en présentiel, mais les programmes ont été reconstruits et des objectifs ont été définis pour chaque leçon. Les examens, écrits et oraux, se passent à l’université de Toulouse 1 ou à l’étranger, dans des lycées français via les ambassades pour faire passer les sujets.

« Nous sommes la seule université à faire du tout à distance (cours et évaluation). Un regroupement des étudiants, facultatif, se déroule en début d’année en métropole et un autre est organisé pour la méthodologie », détaille la directrice du service FOAD.

Forums de discussions, quizz, TD ou corrections en ligne, questions à traiter pour s’entraîner aux oraux, disponibilité des tuteurs sur la plateforme numérique… : la formule séduit et a de quoi séduire au vu de ses résultats. Sur les étudiants inscrits, moins de 10 % abandonnent. Sur ceux qui n’ont pas décroché, 90 % décrochent leur diplôme.


Fabienne Guimont | Publié le