En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Enquête | Gouvernance, Politique

Poitou-Charentes, Limousin, Centre : trois régions, cinq universités, une seule communauté ?

Camille Stromboni  |  Publié le

0

Universite de La Rochelle © Camille Boulicault
Universite de La Rochelle © Camille Boulicault

L'idée ne fait pas l'unanimité. Les universités de Poitiers, La Rochelle, Limoges, Tours et Orléans réfléchissent à un avenir commun. Du côté du Poitou-Charentes et du Limousin, la volonté affichée est clairement en faveur d'une communauté à cinq, tandis qu'au Centre, pas forcément. Point d'étape.

"Nos cinq universités souhaitent collaborer ensemble", assure Hélène Pauliat, présidente de Limoges. Reste à savoir comment. La réflexion est en cours, avec des groupes de travail unissant des responsables des universités de Poitiers, La Rochelle, Limoges, Tours et Orléans, afin de réaliser un état des lieux des forces en présence et des mises en commun possibles.

Jusqu'ici, deux PRES (Pôles de recherche et d'enseignement supérieur) cohabitaient : Limousin Poitou-Charentes (universités de Limoges, Poitiers, La Rochelle) et Centre Val de Loire (universités de Tours et d'Orléans).

Et demain ? Entre une communauté d'universités et établissements unique, liant les trois régions, ou la poursuite d'une stratégie régionale ou bi-régionale, les aspirations des présidents divergent. Les conseils d'administration, quant à eux, devraient se prononcer mi-décembre 2013.

Objectif : atteindre la taille critique…

Côté Poitou-Charentes, la préférence est claire. "Il y a unité de point de vue en Poitou-Charentes, prévient Gérard Blanchard, à la tête de l'université de La Rochelle. Le niveau régional n'est pas suffisant, nous devons faire un partenariat interrégional, naturellement avec le Limousin, avec qui nous avons monté le PRES, mais aussi avec les universités du Centre Val-de-Loire, pour une communauté unique."

Premier argument avancé par les défenseurs du projet : la taille critique. "Dans la reconfiguration du paysage en cours, il faut la qualité mais aussi la taille. Ce n'est pas artificiel chez nous : le périmètre imaginé pour le PRES initialement était justement sur les trois régions, en raison de nos collaborations historiques. Il y a un très beau projet à monter", estime le président rochelais.

… pour l'Idex, mais pas seulement

"Ce périmètre semble le plus pertinent, au vu de la loi ESR, pour rendre nos projets lisibles", abonde la présidente de Limoges, qui pointe aussi la candidature à venir à l'Idex (Initiative d'excellence). "Dans les compétitions où nous allons tous être lancés, au niveau national avec les Investissements d'avenir, mais aussi à l'échelle européenne, cela nous permettra d'être compétitifs", promet Gérard Blanchard.

"Il s'agit aussi d'être visible dans la structuration nationale en cours, lorsqu'on regarde les grands pôles à venir, par exemple entre Rennes et Nantes", juge Hélène Pauliat. "Une politique de site ambitieuse est cruciale au moment où celle-ci va se voir attribuer une position privilégiée dans les critères du futur système d'allocation des moyens", glisse également Gérard Blanchard.

Avis mitigés au Centre

Mais du côté des universités du Centre Val-de-Loire, les points de vue sont plus mitigés vis-à-vis d'une seule CUE interrégionale.

"Rien n'est encore décidé, rappelle Loïc Vaillant, président de l'université de Tours. Nous avons besoin d'un niveau régional assez fort mais aussi d'un niveau interrégional, afin d'atteindre une masse critique suffisante pour répondre à nos ambitions, notamment pour l'Idex. La question est ouverte de savoir si cela nécessite une communauté unique ou bien une association entre communautés, de manière confédérale. Pour l'instant à Tours, il n'y a pas unanimité sur l'un ou l'autre modèle. Dans tous les cas, c'est le projet qui est essentiel par rapport à la structure."

Orléans en faveur d'une communauté au niveau régional

A Orléans, l'arbitrage est en revanche plus net. "Il faut renforcer ce qui a été commencé avec le PRES Centre Val-de-Loire. Nous avons toujours été sur la même ligne de consolider une communauté régionale. Un ensemble interrégional, alors que nous n'avons pas fini de nous structurer au niveau régional, ce serait un peu irresponsable", tranche le président Youssoufi Touré, qui tient cependant à ne pas être mis dans le rôle de "celui qui refuse".

"Nous voulons poursuivre la dynamique avec l'université de Tours et bien sûr nous associer sur des projets où cela peut être pertinent avec les établissements du Poitou-Charentes et du Limousin. C'est la logique des groupes de travail auxquels nous participons, afin d'identifier les terrains de coopérations", insiste-t-il.

Il y a une mode des mastodontes qui est parfois artificielle (Y.Touré)

Quid de la taille critique ?

Que pense-t-il de l'argument de ses homologues en faveur de la "taille critique" à atteindre, à l'heure où les regroupements universitaires de grande échelle se multiplient et à la veille du lancement d'une nouvelle compétition Idex ?

"On ne construit pas une route en fonction des stations-service, image le professeur de génie informatique. Il ne faut pas avoir le complexe de la taille. Nous sommes fiers d'être une université de taille humaine. Nous remplissons nos missions, en faisant réussir nos étudiants en premier cycle, sur les questions de l'insertion professionnelle, ou encore avec certains secteurs de recherche de très haut niveau. Il y a une mode des mastodontes, estime-t-il : si cela peut avoir du sens parfois, à Bordeaux ou à Lille par exemple, c'est dans d'autres cas simplement artificiel".

Lire aussi
La biographie d'Hélène Pauliat, présidente de l'université de Limoges
La biographie de Gérard Blanchard, président de l'université de La Rochelle
La biographie de Youssoufi Touré, président de l'université d'Orléans
La biographie de Loïc Vaillant, président de l'université de Tours

Le communiqué du PRES Limousin Poitou-Charentes du 7 novembre 2013 (pdf)

- Notre article : Bretagne - Pays de La Loire : six des sept présidents d'université se prononcent pour une communauté interrégionale

Camille Stromboni  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :